«Ils sont un peu égoïstes»: un joueur tacle Rafael Nadal et Roger Federer à l’Open d’Australie puis s’excuse

photo news
photo news

Le feu et les incendies ravagent l’Australie depuis de nombreuses semaines. De quoi avoir des craintes pour l’Open de tennis, qui se déroule à Melbourne, en raison des fumées qui se dégagent dans le ciel. Si la situation est des plus chaotiques pour l’heure, le Grand Chelem devrait néanmoins bel et bien se dérouler. Avec quelques aménagements pour les meilleurs joueurs du monde (report de matches ou courts recouverts).

La conjoncture n’a pas manqué de faire réagir en Australie, notamment du côté des joueurs. Dernièrement, c’est le Canadien Brayden Schnur (ATP 103) qui a effectué une sortie médiatique très particulière. « Vous sentez que votre gorge est extrêmement sèche. Ce n’est pas du tout normal, sans parler des joueurs qui ont de l’asthme et qui sont très désavantagés désormais », a-t-il indiqué.

« Ils ne pensent qu’à leur carrière »

Avant d’aller plus loin dans son analyse, en ciblant les vedettes du circuit, qui n’ont jusqu’ici pas communiqué quant au maintien des matches. « La contestation doit venir d’en haut. Roger Federer et Rafa Nadal sont un petit peu égoïstes, ils ne pensent qu’à eux et à leur carrière. Parce qu’ils sont proches de la fin, ils pensent à leur trace dans l’histoire, mais pas au sport lui-même. Ils doivent monter au créneau. »

Des propos qui n’ont pas manqué de faire le buzz sur la toile et dans le microcosme du tennis. Brayden Schnur, ayant rajouté une couche à cette polémique, n’a pas tardé de faire marche arrière quelques heures plus tard. Et il a présenté ses excuses aux deux stars concernées. « Ce sont deux joueurs envers qui je voue un énorme respect. Leur contribution au tennis a été remarquable et je suis reconnaissant de tout ce qu’ils ont fait. « Égoïste » était un mauvais de choix de mot et je le regrette. J’essayais plutôt d’expliquer que nous avons besoin de leaders comme eux pour entretenir une discussion continue entre joueurs et nous unifier. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite