Bourses indûment perçues: les étudiants ne devront pas rembourser

Bourses indûment perçues: les étudiants ne devront pas rembourser
Bruno Dalimonte.

L’affaire a fait grand bruit fin 2019 : des centaines d’étudiants de l’enseignement supérieur ont été invités à rendre la bourse d’études qu’ils avaient touchée précédemment. Ce jeudi, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a pris une décision historique : il va abandonner les procédures de recouvrement des bourses indûment perçues.

Pour les années 2016-2017 à 2019-2020, entre 3.000 et 3.500 étudiants sont dans cette situation… Avec Infor-Jeunes et la FEF (Fédération des étudiants francophones) comme porte-voix ils ont crié à l’injustice. Et viennent d’obtenir gain de cause : le gouvernement abandonne toutes les procédures de recouvrement liées à la non finançabilité et va rembourser tous ceux avaient déjà commencé à s’acquitter de leur dette.

Chercher un autre critère

« Notre objectif, dit le cabinet de la ministre Glatigny (MR), est désormais de remplacer ce critère de finançabilité par un autre, plus simple. C’est d’autant plus important que l’absence de remboursement empêchait ces jeunes de s’inscrire à un cursus de l’enseignement supérieur en fédération Wallonie Bruxelles. »

► Un problème à la fois très simple et lourd de conséquences pour les jeunes concernés. Analyse sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel croyait qu’il pourrait vaincre la tradition. Celle qui veut que le premier sommet rate.

    Charles Michel rate son pari: il faudra encore un sommet pour le budget européen

  2. Les caricatures antisémites de l’année dernière seront-elles de retour dimanche dans les rues d’Alost
? Il semble que oui
!

    Le carnaval d’Alost pourrait donner lieu à de nouveaux dérapages: comment en est-on arrivé là?

  3. PHOTO NEWS

    Désormais, Mehdi Carcela est décisif d’une autre manière au Standard

La chronique
  • Un smartphone {pliable} ou {pliant}?

    Voici quelques jours, votre quotidien favori a répercuté une annonce qui n’avait rien de téléphoné, semble-t-il : une célèbre entreprise sud-coréenne va commercialiser en Belgique son deuxième smartphone pliable. Un smartphone pliable  ? Moue dédaigneuse dans les chaumières branchées High-Tech, qui se transforme toutefois en jubilation quelques lignes plus loin : cette fois, il est question d’un smartphone pliant. Un smartphone pliant ? Au risque d’encourir les ricanements condescendants de certains geeks, ce billet va tenter d’explorer les plis et replis de ces téléphones que l’on dit intelligents.

    Ils plient tous…

    Cette chronique vous a proposé, il y a quelques semaines, une analyse des suffixes -ant et -...

    Lire la suite