Steve Darcis va devenir coach: « Je commence en mars avec le Team Pro de l’AFT»

Steve Darcis
Steve Darcis - Belga

«Je commence à l’AFT (l’aile francophone de la fédération de tennis, ndlr) en mars avec les plus de 18 ans, avec le Team Pro», a révélé Darcis. «C’est un beau projet. Il y a de bons joueurs, des jeunes qui sont motivés. Moi aussi, j’ai envie de commencer, de me lancer dans autre chose, même si l’adrénaline des matches, le fait de se faire mal sur un terrain, va me manquer. Je me suis fixé une limite de 5 kilos à prendre» a-t-il souri. «Il va donc falloir que je continue à faire un peu de sport, sinon je vais en prendre 15. J’ai encore envie de faire des trucs, mais je ferai des trucs plus marrants. Maintenant, pour entraîner les jeunes, je devrai aussi rester en forme et jouer un peu».

Steve Darcis s’était déjà lancé dans le coaching en 2018, lorsqu’il était sur le flanc à la suite d’une blessure au coude droit. Il avait notamment accompagné Yanina Wickmayer sur le circuit à Wimbledon et à l’US Open. Et il se murmure qu’il pourrait succéder, à terme, à Johan Van Herck, comme capitaine de Coupe Davis.

«Je n’en sais rien. Ce n’est pas moi qui décide. Pour l’instant, Johan est là et il réalise un boulot incroyable. Il est indéboulonnable. Est-ce qu’un jour on va me le demander ? L’avenir nous le dira. Bien sûr que l’envie est là, mais ce n’est pas moi qui vais décider», a poursuivi le ’Shark’. «J’ai vécu une expérience géniale comme capitaine de la Belgique lors de l’ATP Cup. C’est la meilleure compétition que j’ai pu faire de toute ma carrière. L’endroit, le format, les joueurs motivés, tout était réuni. Je me suis investi à fond. Je ne sais pas si j’ai été bon, il faudra le demander aux autres, mais en tout cas, c’était très chouette».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par François Laurent

    ATP - WTA

    Maria Sharapova, les adieux d’une diva

  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite