Accueil Belgique Politique

Dur, dur d'être informateur royal

Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens font face à un flot de critiques ces derniers jours. Comme leurs prédécesseurs.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

Une mission royale, pour gratifiante qu’elle soit, n’est pas forcément une sinécure. Et elle n’apporte pas que des compliments aux (in)formateurs, appelés parfois à résoudre la quadrature du cercle. Plaire à tous relève de l’impossible, quand il ne s’agit pas de déplaire tout simplement parce qu’un concurrent prend ombrage de cette mise en avant. Surtout si on peut réussir là où un adversaire a échoué…

Georges-Louis Bouchez et, dans une moindre mesure, Joachim Coens l’apprennent à leurs dépens ces jours-ci. On vous passe, s’agissant du premier, les « il s’agite », « il est versatile », « il veut forcer les choses et absolument réussir étant donné son ego » (on ne voit pas le mal qu’il y a à vouloir réussir une mission, mais soit), « sa note est fade, pleine de fautes d’orthographe et manque de contenu ».

Sympa ? Ce n’est qu’un hors-d’œuvre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Hanocq Christian, vendredi 17 janvier 2020, 0:17

    Le CD&V et le MR vont tout faire pour écarter le PS du fédéral pour ramener la NVA et je ne serais pas étonné du tout de voir, à terme, vu mon ressenti quant à un éventuel parti-pris du Palais dans ces négociations, la constitution d'une majorité MR, écolo, CDH, NVA, CD&V ( ou VLD), SP.A ( bien moins à gauche que son homologue francophone) et Goen. Dans ce cas, soit K CALVO ( groen) ou A DE CROO ( VLD) comme 1er ministre... Un cas de surréalisme bien belge .. NB: cette coalition possible de type salmigondis disposerait de 80/150 sièges à la Chambre... Why not ?

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 16 janvier 2020, 23:25

    Joseph Segers, les points d'exclamation sont déconseillés pour ce qui concerne la communication. En effet, ils ont un caractère agressif. Votre commentaire sera tout aussi compréhensible et certainement bien plus agréable à lire sans ceux ci. Le très con-fédéralisme n'est en rien une solution pour la Belgique. D'abord quand on dit le mot con-fédéralisme (j'aime l'écrire comme ça, c'est tout à la fois plus juste en terme de contenu et pour le correcteur automatique, ça ne s'invente pas), on ne dit rien du tout. La Flandre et la NVA en particulier veut le con-fédéralisme à deux en niant totalement la réalité bruxelloise. Il est question dans ce modèle de faire des Bruxellois des habitants de second zones, des indigènes barbares dont il conviendrait de se partager la gestion entre francophones et flamands. D'autres proposeront un modèle à trois ou pour ne pas les oublier, à quatre (les germanophones nous remercient de ne pas les oublier). Sauf que la distribution de compétences lourdes comme la sécu, les soins de santé, les pensions par une petite région coupée de son hinterland économique comme la région bruxelloise est quasiment impayable, un modèle voué à l'échec, à la faillite et là qui se frotte les mains? Suivez mon regard. Je ne parles pas des nombreux problèmes qu'on ne peut plus solutionner dans ce pays (survol de Bruxelles, mobilité dans et autour de Bruxelles, environnement,...) et qu'on solutionnera encore moins dans un système confédéral. Le "très" con-fédéralisme est un miroir aux alouettes. C'est une manière pour une certaine Flandre tendance "VOKNVA" d'obtenir l'indépendance sans les inconvénients de celle-ci (le barnum international et le coût impayable d'une crise européenne et internationale). La Flandre veut bien l'indépendance, mais elle veut pas perdre les picaillons, ça donne le très très con-fédéralisme. Et ne venez pas parler de la Suisse, la Suisse est une fédération qui porte le nom de confédération helvétique. Ce pays n'est en rien une confédération

  • Posté par Segers Joseph, jeudi 16 janvier 2020, 21:34

    mais qu'on explique une fois pour toutes!!il n'y a pas d'entente possible et sa depuis la formation de la Belgique!!alors chaque un chez soi et les Moutons serons bien gardés ,mais il faut expliquer aux gents !! la Suisse un bel exemple de Cohabitation prenez en de la graine!!

  • Posté par Segers Joseph, jeudi 16 janvier 2020, 21:34

    mais qu'on explique une fois pour toutes!!il n'y a pas d'entente possible et sa depuis la formation de la Belgique!!alors chaque un chez soi et les Moutons serons bien gardés ,mais il faut expliquer aux gents !! la Suisse un bel exemple de Cohabitation prenez en de la graine!!

  • Posté par Nijs Eric, jeudi 16 janvier 2020, 20:37

    Je suis assez d’accord sur un principe que pour former un gouvernement federal, compte tenu du mic mac institutionnel belge, il faut que les partis vainqueurs dans les 4 regions soient en charge de former un gouvernement federal. C’est la logique du regionalisme belge. Si ces partis ne se mettent pas d’accord sur un programme, on en en revient aux elections (second tour) mais alors via un vote pour des coalitions qui sont majoritaires compte tenu de la premiere election..., et l’electeur devrait donner son choix de coalition. Cette solution, selon moi, permet de gagner du temps, etre transparente, respecter le choix du citoyen et obliger les partis a rencontrer les attentes du citoyen.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs