Tom Colsoul signe son meilleur résultat avec une 4e place sur le Dakar

@News
@News

Bernhard ten Brinke et Tom Colsoul (Toyota Hilux) ont terminé à la quatrième place de la onzième et avant-dernière étape du Dakar à 10 :14 de Stéphane Peterhansel (MINI). Au classement, le duo occupe la 7e place.

Ten Brinke et Colsoul n’ont eu aucun problème dans la deuxième partie de l’étape marathon et ont donc signé leur meilleur résultat sur ce Dakar. « C’était une longue et difficile épreuve pleine de pièges, mais on s’en est bien sorti. Nous avons encore roulé à un rythme régulier sans prendre beaucoup de risques. Cette approche a été récompensée par le quatrième meilleur temps. Beaucoup de dunes, beaucoup de hors-piste et, comme mercredi, des descentes dangereuses », a raconté Tom Colsoul.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite