Kimmer Coppejans et Greet Minnen à un succès de leur tout premier Open d’Australie

Belga
Belga

Deux sur deux, soit du 100 % : c’est l’excellent bulletin belge du jour à Melbourne où la qualité de l’air était cette fois « bonne » (alors qu’on annonce un retour oppressant des fumées sur la ville, ce week-end). On respire donc bien pour l’instant dans le clan belge avec les qualifications conjuguées, ce vendredi, de Kimmer Coppejans (158e) et de Greet Minnen (119e) pour le 3e et dernier tour des qualifs. Si cette dernière partait logiquement favorite, et a confirmé son statut, face à la Chinoise Fang Ying Xun (245e) en l’emportant sur le score de 6-3, 6-1, la tâche s’annonçait nettement plus rude pour l’Ostendais face à Brayden Schnur, 103e joueur mondial.

Le Canadien s’est fait remarquer, cette semaine, en osant critiquer « l’égoïsme » de joueurs comme Nadal ou Federer face à la situation des « petits joueurs » obligés de disputer les qualifs dans de pauvres conditions (c’était mardi) à Melbourne. Il a fait ces déclarations dans la tourmente du moment, avant de recadrer ses propos, dans le contexte, et de s’excuser, par la suite… Est-ce que cette polémique, noyée dans l’œuf, lui a porté préjudice ? Toujours est-il que c’est bien Kimmer Coppejans qui a su tirer profit de la situation. Bien en jambes, l’Ostendais est resté solide jusqu’au bout, ne perdant sa mise au jeu qu’une fois sur tout le match face au robuste joueur de Toronto qui a la particularité de ne pas faire rebondir la balle avant de servir…

7-6 (3), 6-3 : voilà une très belle victoire pour celui qui est désormais le nº2 belge. Coppejans (contre l’Américain Eubanks, 220e) et Minnen (face à l’Autrichienne Haas, 143e) joueront leur dernière carte pour atteindre le tableau final ce samedi dès 12h30 à Melbourne, soit 2h30 du matin en Belgique. À une victoire de leur tout premier Open d’Australie, de son tout premier Grand Chelem, en l’occurrence, pour la compagne d’Alison Van Uytvanck, 22 ans (Coppejans a disputé Roland-Garros en 2015 et en 2019).

Six Belges, plutôt que les quatre pour l’instant, au départ de cet Open d’Australie 2020 ? C’était notre pari du jour à Melbourne !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite