David Goffin avant de défier Jérémy Chardy à l’Open d’Australie: «J’espère continuer avec le même niveau de jeu qu’à l’ATP Cup»

AFP
AFP

David Goffin (ATP 11) est prêt pour l’Open d’Australie, qu’il entamera mardi avec un premier tour contre le Français Jérémy Chardy (ATP 56). Le Liégeois, 29 ans, auteur d’une très belle campagne avec la Belgique en ATP Cup à Sydney, où il a notamment réussi l’exploit de battre Rafael Nadal (ATP 1), l’a assuré vendredi à Melbourne à l’ensemble des médias belges lors d’une conférence de presse.

« Je me sens très bien. L’année a plutôt bien commencé avec de très bons matches, de très bonnes victoires lors de l’ATP Cup », a-t-il expliqué. « La semaine d’entraînement ici s’est également bien déroulée (Ndlr : il a joué avec Dominic Thiem, Alexander Zverev et Dusan Lajovic). On a mis l’intensité de lundi à mercredi et là, ça va aller en diminuant jusqu’à mon premier tour. Le contact avec la balle est très bon et mes victoires contre Dimitrov et Nadal, que je n’ai pas souvent battus, m’ont apporté énormément de confiance. Je suis prêt et j’espère dès lors pouvoir continuer avec le même niveau de jeu qu’à Sydney. »

David Goffin a été versé dans le deuxième quart du tableau à Melbourne, avec comme principales têtes de série sur sa route Andrey Rublev (ATP 18), vainqueur à Doha la semaine dernière, Alexander Zverev (ATP 7) et Daniil Medvedev (ATP 4), finaliste de l’US Open en 2019. Mais avant cela, il y aura Jérémy Chardy.

« La dernière fois que je l’ai rencontré, c’était à Wimbledon et cela s’était plutôt bien passé », a-t-il poursuivi en évoquant le Palois de 32 ans. « J’avais disputé un très bon match que j’avais gagné en trois sets. Je ne l’avais pas laissé respirer. C’est un match à retenir et il y aura certainement des choses à essayer de reproduire, même si ce ne seront pas les mêmes conditions, la même surface. Il y aura des attentes, car j’ai battu Nadal, mais, moi aussi, j’ai les miennes. Mon jeu est en place et je vais essayer de me focaliser sur les choses que je fais bien depuis le début de cette année. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

  • photo news

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Pour Kim Clijsters, «c’est un énorme pas en avant» (vidéo)

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite