Fernando Alonso «très fier» de son Dakar: «Terminer la course dès ma première participation n’était pas facile»

EPA
EPA

Le double champion du monde de Formule 1 Fernando Alonso, qui a terminé son premier rallye Dakar en treizième position, s’est dit « très fier » de sa première expérience, vendredi à l’arrivée de la course à Qiddiya en Arabie saoudite.

« Je suis très content et très fier d’être ici, c’est le rallye le plus difficile au monde et terminer la course dès ma première participation, ce n’était pas facile », a déclaré le pilote le plus médiatique de cette édition du Dakar, qu’il courait chez Toyota.

« J’avais une bonne équipe autour de moi, une voiture incassable et un co-pilote avec beaucoup d’expériences. Au final, on était sans doute plus compétitif que ce qu’on pensait au début. Etre dans le top 5 de quatre étapes a été une surprise pour nous », a-t-il ajouté.

Fernando Alonso finit à plus de 4 heures 40 minutes du vainqueur, son compatriote Carlos Sainz (Mini).

Prochain objectif : l’Indy 500

Le Dakar du double champion du monde de Formule 1 aura été marqué par sa deuxième place sur la huitième étape, derrière le Français Mathieu Serradori, mais aussi par sa découverte des aléas et des difficultés du rallye-raid, avec la perte d’une roue dès la deuxième journée et un spectaculaire double tonneau en deuxième semaine.

« Terminer douze jours sans problème majeur est le plus grand défi dans ce rallye, donc pour cela j’ai encore besoin d’expérience et de temps », a-t-il estimé. « C’est le Dakar, je me suis senti chanceux de pouvoir continuer la course. »

Alonso, sacré en F1 en 2005 et 2006, a quitté la catégorie reine fin 2018 faute de disposer d’une monoplace capable de gagner.

En quête de la triple couronne du sport automobile (titre en F1 ou victoire au Grand Prix de Monaco, qu’il s’est adjugée en 2006 et 2007, succès aux 24 Heures du Mans et aux 500 Miles d’Indianapolis), l’Espagnol s’est imposé par deux fois au Mans avec Toyota en 2018 et 2019 et a décroché le titre mondial en endurance en 2018/2019.

Il s’est mesuré à deux reprises, sans succès pour l’instant, aux 500 Miles. « Maintenant, je dois gagner l’Indy 500. C’est la priorité, la triple couronne. C’est dans quelques mois et je suis focalisé sur ça », a-t-il affirmé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite