Jan Bakelants veut revenir sur le devant de la scène avec Circus-Wanty-Gobert

Jan Bakelants
Jan Bakelants - Photo News

Pour Jan Bakelants, Circus-Wanty Gobert-Tormans est l’équipe idéale pour poursuivre sa carrière. L’ancien vainqueur d’étape du Tour de France en 2013, qui entre dans sa 13e saison professionnelle en 2020, apprécie l’ambiance de l’équipe dirigée par Hilaire Van Der Scheuren. «Je me retrouve dans cette équipe à l’esprit offensif», explique Jan Bakelants. «Le calendrier proposé, avec un programme World Tour bien fourni, m’a séduit. Je suis impatient de pouvoir partager mon expérience avec mes équipiers. Je me sens bien au sein du groupe, l’entraînement se passe bien. Le premier test de forme sera au Grand Prix La Marseillaise (2 février)».

Le nouveau venu chez Circus-Wanty-Gobert enchaînera avec le Tour de Murcie et la Ruta del Sol, en Espagne. «Je veux me montrer dès que je peux. Je pense,par ailleurs, déjà l’Amstel Gold Race et à Liège-Bastogne-Liège que je préparerai au Tour de Catalogne. Ma nouvelle équipe me donne la chance de jouer ma carte et de reprendre du plaisir sur le vélo, après ces dernières années souvent passées à rouler au service des leaders, avec un programme qui ne me convenait pas toujours».

L’équipe Circus-Wanty-Gobert ne disputera pas le Tour de France en 2020. «Nous devons nous concentrer sur les courses que nous allons disputer, comme notamment le Tour d’Autriche. Il existe de belles courses, à côté du Tour, comme, entre autres, le Binck Bank Tour, les épreuves du World Tour au Canada ou encore les semi-classiques italiennes», a encore indiqué Jan Bakelants, en évoquant, par ailleurs, son rêve d’encore endosser le maillot de l’équipe nationale. «Les parcours du championnat du monde et du championnat d’Europe sont durs et je pense être en mesure d’aider l’équipe belge».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite