Accueil Société

La santé des Wallons sous étroite surveillance

Pesticides, métaux lourds, polluants alimentaires… Un programme pour les repérer dans l’organisme humain et pour faciliter la prévention.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

C’est une première dans le sud du pays : 900 Wallons et Wallonnes vont participer au premier programme de biosurveillance de la population. Objectif : déterminer le degré d’exposition de la population à différentes substances susceptibles d’affecter leur santé. Et sur cette base, déterminer les facteurs de cette exposition : pollution de l’air, alimentation, lieu et habitudes de vie, statut socio-économique… Déterminer également si certaines catégories de personnes sont plus exposées que les autres selon leur genre ou leur âge, par exemple. Insecticides, herbicides, plomb, cadmium, arsenic, bisphénol, phtalates, DDT, PCB… le cocktail est vaste. Et certaines des substances – perturbatrices endocriniennes- peuvent avoir des effets à des seuils très faibles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs