Le musée du Domaine royal de Marly rouvre ses portes ce samedi (photos)

Le musée du Domaine royal de Marly rouvre ses portes ce samedi (photos)
AFP

Victime d’une inondation en 2016, le musée du Domaine royal de Marly, résidence de plaisance proche de Versailles où Louis XIV invitait ses intimes, rouvre ses portes samedi après trois années de travaux.

«Il fallait réclamer pour venir à Marly», relate Géraldine Chopin, la responsable des lieux. «Sire, Marly», chuchotait-on à l’oreille du roi pour avoir l’insigne honneur d’être son invité.

AFP

Outre sa famille, le Roi-Soleil ne conviait que la haute noblesse durant les «Marlys», ces séjours de quelques jours qu’il effectuait très fréquemment dans cette résidence de chasse. Ne pas en être était perçu par les courtisans comme une disgrâce.

Cette résidence à l’architecture éclatée était composée d’un pavillon royal carré inspiré des villas palladiennes et de 12 pavillons plus petits réservés aux invités et construits autour d’immenses bassins aux eaux jaillissantes. L’ensemble est rapidement érigé à partir de 1679 sous les ordres de Mansart, alors même que le château de Versailles est en plein remaniement.

AFP

A Marly, «pas de débauche d’ornements» dans les appartements royaux, «on n’est pas à Versailles, pas là pour épater la galerie», résume Mme Chopin.

De la résidence, il ne subsiste rien aujourd’hui sinon les marques de son emplacement, en contrebas du musée, ainsi que l’immense parc aux arbres séculaires tout autour, et plusieurs bassins. Les treize pavillons ont été totalement démantelés après la Révolution.

AFP

Le musée, ouvert en 1982 et réaménagé pour un coût total de 1,6 million d’euros, permet néanmoins de se représenter la vie durant ces «Marlys» à l’ambiance festive et à l’étiquette moins stricte qu’à la cour: on y dansait, écoutait de la musique, chassait, jouait des fortunes aux cartes, retrace Mme Chopin.

On y canotait aussi sur les bassins recouverts de faïence, on s’y égayait dans les allées du jardin à la française peuplé de statues. Escarpolettes (balançoires où pouvaient prendre place quatre personnes) et ramasses (ancêtre des montagnes russes) complétaient les réjouissances.

Curiosité technologique pour l’époque, les rouages de la «machine de Marly», qui permettait d’acheminer l’eau de la Seine pour alimenter cascades et bassins via un aqueduc (toujours visible à Louveciennes), y sont expliqués de manière très didactique, au travers de maquettes, dessins et peintures.

AFP

Pour rendre l’expérience des «Marlys» encore plus interactive, le musée propose également de revivre aux côtés du Roi-Soleil l’éclipse partielle observée en personne par le monarque le 3 mai 1715 alors qu’il se trouve à Marly, grâce à un casque de réalité virtuelle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite