Accueil Belgique Politique

Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

Le bourgmestre est sanctionné pour rupture du cordon sanitaire. Un geste fort, qui ne sera pas simple à gérer pour les socialistes.

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 4 min

Emir Kir n’est plus membre du Parti socialiste. La commission de vigilance du PS bruxellois lui a infligé la plus lourde sanction, l’exclusion. Jugeant que le bourgmestre de Saint-Josse a bel et bien rompu le cordon sanitaire en recevant, le 4 décembre dernier, une délégation de maires turcs, parmi lesquels deux élus MHP (extrême droite).

Jusqu’au bout, celui qui est aussi député fédéral espérait sauver sa carte de parti, soutenu par une frange de la Fédération bruxelloise. Poussé dans le dos par ses soutiens (au premier rang desquels Rachid Madrane), il concède, mardi, un mea culpa qui n’en est pas un, omettant soigneusement de présenter ses excuses, évoquant tout au plus « un manque de vigilance ». Touché : la commission des sages le suit… mais le dribble aussitôt, assénant que cette attitude, qui relève (pourtant) « d’un mandataire expérimenté », a eu « des conséquences graves ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par Belot Philippe, dimanche 19 janvier 2020, 10:17

    C'est réconfortant de constater que l'on souligne le courage des dirigeants de la fédération PS bruxelloise! A ce propos, j'aurais aimer entendre le même son de cloche de M. De Maegd, lui qui avait donné un jugement de valeur si hâtif pendant la procédure interne du PS. Mais que pense-t-il de la coupable indulgence de son ancien premier ministre, et ce durant toute l'ancienne législature, à l'égard des écarts "borderline" de son secrétaire d'état T. Francken? Lorsque ses ministres N-VA commémoraient ouvertement d'anciens collabos flamands? Lorsque ce gouvernement traitait avec le régime génocidaire soudanais pour "trier" ses migrants? Lorsqu'il imaginait réserver quasi le même sort judiciaire aux personnes hébergeant des migrants, et ce par le biais de visites domiciliaires, qu'aux grands criminels de notre pays? Il faut croire que la nostalgie des rafles durant la seconde guerre est toujours bien vivante! Allo M De Maegd?

  • Posté par van aubel didier, samedi 18 janvier 2020, 21:10

    Et un tocard de moins ! Bonne évolution de la part du PS ! Ils ont bien fait de dégager cette M...e ! Malheureusement il reste bourgmestre au milieu de Turcs aussi radicaux qu'Erdogan . . . On est pas sorti de l'auberge !

  • Posté par Bernard Delpierre, samedi 18 janvier 2020, 15:31

    Quand on pense que lors du vote au parlement bruxellois sur le génocide arménien, par lâcheté et par complaisance communautariste, le président Picque avait lié le vote au choix des députés, soit de reconnaître le génocide soit de geindre sur les immigrants morts en méditerranée, tout cela pour ne pas gêner le soldat Kir et peut-être d'autres, on constate avec grand plaisir le chemin parcouru même si un appel peut réserver des surprises...au cdH, au contraire, on avait laissé Ozdemir siéger voilée sans aucune remarque, cette dernière ayant reçu depuis des encouragements massifs en provenance de Turquie et le soutien de l'inénarrable Milquet.

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 18 janvier 2020, 11:05

    Le courage en politique existe donc encore, même au parti socialiste, c'est très rassurant. Coup sur coup (Nethys et Kir), le PS a démontré que le phare de la liberté et de la fraternité pouvait être rallumé en son sein. Aucun démocrate ne doit bouder son plaisir, quelle que soit son appartenance politique.

  • Posté par Eric Gillot, samedi 18 janvier 2020, 11:02

    Waouw ! Les socialistes redeviennent socialistes... À propos, qu'en pense Philippe Moureaux ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs