Accueil Économie Finances

Des experts du Conseil supérieur des Finances proposent un scénario radical: chèques-repas et voiture de société à la poubelle

Un rapport officieux signé par quelques experts du Conseil supérieur des Finances propose un « big bang » fiscal pour réduire les charges sur le travail et simplifier la fiscalité belge, rapportent samedi L’Echo et De Tijd.

Temps de lecture: 2 min

Le Conseil supérieur des Finances présente six scénarios visant à élargir la base imposable en faisant le tri parmi toutes les déductions pour pouvoir baisser les taux d’imposition. Une annexe pour le moins radicale, signée par une partie seulement des experts, propose d’approfondir le principe de « dual income tax ».

Ce mécanisme consiste à taxer de manière progressive les revenus du travail et de manière forfaitaire les autres revenus (patrimoine, etc.). Dans le cas présent, l’idée est de rendre le travail plus attractif en relevant le minimum imposable au niveau du revenu d’intégration tout en supprimant la cotisation spéciale de sécurité sociale. Il est aussi question de mieux étaler les tranches d’imposition et d’adapter les taux. Ces mesures coûteraient un total de 6 milliards.

Pour compenser ce « trou », les experts proposent de tailler dans les multiples postes de déductions d’impôts : les chèques-repas, écochèques et chèques-culture, mais aussi la voiture de société. La « voiture-salaire » deviendrait ainsi cinq fois plus chère pour le salarié.

Les auteurs de l’annexe imaginent aussi supprimer le régime des frais réels pour les salariés et les dirigeants d’entreprises.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Bibliothèque , lundi 20 janvier 2020, 13:36

    Une telle réforme serait loin d'être neutre pour les classes moyennes et les travailleurs hautement qualifiés. Une étude d'impact a-t-elle été effectuée? La fuite des cerveaux est un risque plus que réel

  • Posté par Chalet Alain, samedi 18 janvier 2020, 19:04

    En revanche, mon commentaire précédent serait incontestablement plus juste avec un "t" de moins.

  • Posté par Chalet Alain, samedi 18 janvier 2020, 18:59

    La "juste" valeur du travailleur" ou la "justice" sociale ou fiscale sont des concepts assez vagues, que chacun interprètera en fonction de son point de vue et de ses convictions. Dire simplement qu'ont veut que ce soit "plus juste" ne veut donc rien dire du tout.

  • Posté par Henrard Marc, samedi 18 janvier 2020, 11:30

    Les idées ne sont pas mauvaises. Mais ce qui semble manquer est une proposition sur la transition. Même si les propositions faites sont en ligne avec ce que nous voulons comme situation stable finale, cela n'explique pas comment y arriver. Les propositions créent des gagnants et des perdants par rapport à la situation actuelle. Qui va compenser pour cela: les employés, les entreprises, les clients ou l'état? Si ces questions ne sont pas détaillées dans les scenarios, les experts ne font pas correctement leur travail. Le Soir pourrait-il indiquer ou se procurer ce "rapport officieux"?

  • Posté par LAMBERT André, samedi 18 janvier 2020, 11:22

    Il faut en effet tendre à la suppression rapide de toute cette bimbeloterie qui n'a pour seul but que d'éluder une parte des charges patronales. Une fois pour toute, que l'on rémunère correctement le travailleur à sa juste valeur et non par toutes sortes d'artifices qui sont surtout bénéficiaires aux employeurs.

Plus de commentaires

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs