MMA: 40 secondes pour un carnage, Conor McGregor réussit un retour explosif

MMA: 40 secondes pour un carnage, Conor McGregor réussit un retour explosif
Reuters

40 secondes: voilà le temps qu’il a fallu à l’ancien retraité des arts martiaux mixtes, Conor McGregor, pour terrasser Donald Cerrone et retrouver toute sa superbe dans un combat UFC, quinze mois après sa défaite retentissante contre Khabib Nurmagomedov.

Cette fois, il n’y pas eu de bagarre générale dans et autour de l’octogone après la démonstration de l’Irlandais face à l’Américain, mais beaucoup de respect de la part du vainqueur envers le battu et une joie hurlée qui a symbolisé toute la rage mise par McGregor pour réussir son pari, lui que beaucoup pensaient fini.

«Je me sens tellement bien, je suis indemne. J’ai travaillé dur pour revenir de là où j’étais», a déclaré McGregor après cette 22e victoire en 26 combats, la première chez les welters pour celui qui fut champion UFC chez les plumes et les légers.

Très agressif d’entrée — il savait que le combat devait être court et se décider debout pour tourner en sa faveur face à un combattant expérimenté, très dangereux par ses prises au sol -, il a bénéficié d’un petit coup de pouce, ou plutôt de genou (droit) sur un appui qui a légèrement ébranlé son adversaire à la tempe.

Ensuite, sous les yeux de quelques stars dont l’acteur Matthew McConaughey, c’est allé très, très vite.

«Il m’a complètement détruit»

Modèle de puissance et de précision, il a placé un vrai coup de genou gauche au menton, trois autres coups d’épaules qui ont fait reculer Cerrone, qui a ensuite chuté après un high kick (coup de pied haut), deux crochets du gauche et une rafale d’autres coups de poings, obligeant l’arbitre à mettre un terme au carnage.

«Il m’a complètement détruit», a convenu l’Américain, très marqué au visage, qui disputait à 36 ans son 50e combat (36 victoires, 14 défaites).

Juste auparavant, McGregor s’était précipité au sol pour consoler et embrasser au front cet adversaire qu’il avait dit «respecter énormément» jeudi en conférence de presse d’avant-combat.

En reconquête de son auditoire, il était apparu serein et humble, aux antipodes du bad boy qui a longtemps fait sa mauvaise réputation d’homme, mais a placé très haut le combattant dans le coeur des fans de la discipline, avant son déclin.

Car les trois dernières années ont été celles d’échecs et de frasques successifs, entre la défaite en boxe anglaise face à l’intouchable Floyd Mayweather et celle subie en octogone face à Nurmagomedov, dont il avait insulté la femme et raillé la foi musulmane.

Il a dû aussi rendre des comptes à la justice américaine après deux agressions et il reste visé par deux enquêtes pour agression sexuelle en Irlande, selon le New York Times.

Le nouveau McGregor, grâce à cette victoire qui rappelle ses plus belles heures, a en tout cas réussi la première phase de son opération rédemption.

«Je grave une fois de plus mon nom dans l’Histoire, pour le peuple irlandais et pour ma maman là-bas», a-t-il enfin lancé dans un élan euphorique en zone mixte.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite