Alison Van Uytvanck lance l’Open d’Australie des Belges cette nuit: «Cette fois, je suis contente de ne plus jouer sur un grand court!»

Alison Van Uytvanck lance l’Open d’Australie des Belges cette nuit: «Cette fois, je suis contente de ne plus jouer sur un grand court!»
Photo News

Réglez vos réveils sur 1h du matin, ce lundi, pour ne rien rater du début de l’Open d’Australie 2020, avec déjà, au programme, Naomi Osaka (tenante du titre), Serena Williams (toujours obsédée par le record de 24 titres en Grand Chelem), Roger Federer ou Novak Djokovic (le tenant) ! Côté belge, c’est Alison Van Uytvanck qui ouvrira le bal, en 3e rotation sur le court 14, soit vers 5h-6h du matin en Belgique, du moins si la météo australienne le permet puisque c’est une pluie (bienvenue, vu les circonstances cette année) dense qui est annoncée pour cette première journée à Melbourne Park. Pour rappel, le site dispose tout de même de trois courts où le toit peut être activé.

47e mondiale, Alison Van Uytvanck n’a toujours pas gagné un seul match à Melbourne en quatre participations : il faut préciser qu’elle avait défié d’emblée Serena en 2015, Azarenka en 2016 et Wozniacki l’an dernier ! « Cette fois, je suis contente de ne plus devoir débuter sur un grand court  », sourit-elle. « Même si j’ai beaucoup de respect pour la Française Fiona Ferro (NDLR : 63e à la WTA), je ne vais pas me plaindre de ce tirage. Ma préparation n’a toutefois pas été idéale puisque j’ai attrapé une bronchite en sortant de l’avion à Auckland. Je suis restée quatre jours au lit avec de la fièvre… Maintenant, tout est en ordre et on verra donc ce que ça donne. Heureusement, je ne suis pas une joueuse qui a besoin de beaucoup d’heures pour m’adapter aux conditions de jeu et ma préparation hivernale a été très bonne. »

Juste après son match, et sur le même court, Alison pourra encourager sa compagne Greet Minnen (contre la Bélorusse Sasnovitch) qui dispute son tout premier Grand Chelem, ici. « Oui, ça fait m’a fait autant plaisir qu’à moi de la voir se qualifier ! Ça va faire quatre ans, maintenant, qu’on est ensemble et c’est chouette de voir toute sa progression depuis ses années. Elle devrait pouvoir faire son entrée dans le top 100 bientôt, peut-être cette semaine… Cela faisait un petit moment que je sentais qu’elle avait ça en elle, que ce n’était plus qu’une question de temps. Quand on s’entraîne ensemble, ça devient difficile pour moi de gagner un set… Elle a le niveau d’une top 50 selon moi. On ne se lance pas de défi sur cet Open d’Australie, si elle peut aller jusqu’en quart, ce serait super ! »

Elle sourit avant de reprendre plus sérieusement.

« Pour moi, l’objectif de cette année, ce sera d’enfin entrer dans le top 30. J’ai un meilleur classement à la 37e place mondiale, j’aimerais améliorer ça, mais ça ne dépend pas que de moi… Je vais donner le maximum en tout cas. Mais d’abord, l’Open d’Australie. J’ai un zéro victoire (NDLR : comme à l’US Open d’ailleurs) que j’aimerais effacer, ici  ».

Pour rappel, les trois autres Belges en lice à Melbourne – Goffin (Chardy), Mertens (Kovinic) et Flipkens (Muchova) – sont au programme du mardi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite