Avenatti décisif avec le Standard à Malines: «Ce but va faire du bien»

Avenatti décisif avec le Standard à Malines: «Ce but va faire du bien»
Belga

En s’imposant sur la pelouse d’un candidat aux Playoffs 1, le Standard a réalisé l’excellente opération du week-end grâce à la rose plantée en fin de match par un Felipe Avenatti décisif. Le garçon est-il enfin lancé ?

Les statistiques offensives parlent en faveur du Standard mais le marquoir reste figé sur un partage. Depuis son banc, Michel Preud’homme décide de lancer Felipe Avenatti, l’attaquant uruguayen en crise de confiance depuis l’ouverture de la saison. Arrivé blessé en bord de Meuse, il a peiné avant la trêve, miné par un manque d’efficacité effarant. « Ce but va me faire énormément de bien car j’en avais besoin pour doper ma confiance », glissait le héros derrière les Casernes malinoises. « Maintenant, je sais que je peux encore faire mieux car, à nouveau, j’aurais pu fouetter les filets plus tôt ».

Une nouvelle occasion de briller gâchée en raison de la précipitation. Toutefois, sur les quinze minutes disputées dans ce périlleux déplacement, l’ancien sociétaire de Courtrai a étalé toutes ses qualités physiques et techniques. Avec le départ de Renaud Emond, une place est à prendre à la pointe de l’échiquier liégeois. « Le plus important est de s’améliorer de semaine en semaine, chose que je réalise actuellement. Ce but est forcément un bonheur personnel mais il se veut surtout collectif car il nous offre trois unités très précieuses dans notre objectif de relance après un mois de décembre pourri. Je bosse dur, j’effectue des sacrifices, comme les autres, et j’espère que cela va porter ses fruits ».

Une requête qui semble avoir obtenu l’écho escompté, sans toutefois voir un Standard transfiguré. En inscrivant deux buts, Igor de Camargo a prouvé qu’il existait des failles dans l’arrière-garde des Rouches tout comme il apparaît évident que les constructions manquent encore de justesse. Qu’à cela ne tienne, l’objectif en arrivant à Malines était de vaincre, pour débuter 2020 avec le sourire. Et puis, il était temps d’enfin briser ce blocage qui voyait systématiquement le Standard laisser filer des points alors qu’il était l’équipe dominante. Le succès attend confirmation dans les semaines à venir mais, avant de préparer la venue d’Ostende, les Liégeois peuvent siroter tranquillement un café dans leur fauteuil, le sentiment du devoir accompli…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Le vert est dans le fruit

    Le pangolin, une race menacée d’extinction par la chasse que lui livrent frénétiquement les amateurs de ses étranges écailles, a trouvé la parade : le coronavirus. Brave petit mammifère qui serait à l’origine de l’épidémie.

    De son côté, la tomate elle aussi en a marre que les humains la mettent à toutes les sauces. En réaction, elle a développé elle aussi un virus, le BRFV, qui décolore les fruits, les déforme et les couvre de marbrure. Ce germe ne serait pas transmissible à l’homme. Mais qui aurait envie de croquer dans une tomate qui a l’aspect d’un zombie ?

    Dans les forêts, les scolytes (espèces de coléoptères) sont à leur tour devenus fous. Eux qui ne s’attaquaient qu’au bois mort s’en prennent désormais aux arbres vivants – notamment aux épicéas wallons – réaction, paraît-il, au réchauffement climatique.

    La nature devient folle, voilà enfin une explication scientifique au mal qui a atteint aussi les démocraties et les...

    Lire la suite

  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite