Harry et Meghan renoncent à leur titre d’«altesse royale»: «Une punition»

Le prince Harry et Meghan Markle.
Le prince Harry et Meghan Markle. - EPA

Le prince Harry et son épouse Meghan vont renoncer à leur titre d’altesse royale et cesseront de recevoir des fonds publics après leur décision de se mettre en retrait de la famille royale, a annoncé samedi dans un communiqué le palais de Buckingham, mettant fin à dix jours de crise.

« Le duc et la duchesse de Sussex n’utiliseront plus leur titre d’altesse royale étant donné qu’ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale », précise le palais. « Ils ne rempliront plus d’obligations royales » et « ne peuvent plus formellement représenter la reine », ajoute le texte. Ils garderont toutefois leur titre de duc et duchesse de Sussex.

Après des mois de malaise et de tension avec les médias et en particulier les impitoyables tabloïds, Harry et Meghan avaient annoncé le 8 janvier leur décision choc de renoncer à leur rôle de premier plan au sein de la famille royale pour prendre leur indépendance financière et s’installer une partie de l’année en Amérique du Nord, où Meghan a ses attaches.

Dans une déclaration personnelle, la reine s’est félicitée qu’« une solution constructive pour [s]on petit-fils et sa famille » ait été trouvée « après plusieurs mois de discussions ». « Harry, Meghan et Archie resteront des membres très chers de ma famille », souligne-t-elle.

Reconnaissant « les défis » auxquels ils ont dû faire face, soumis « à une observation intense » de leurs faits et gestes, la reine affirme soutenir « leur souhait d’une vie plus indépendante ».

Cette annonce intervient quelques jours après un conseil de famille lors duquel Elizabeth II avait consenti à laisser son petit-fils et son épouse voler vers leur « nouvelle vie ». Elle avait alors demandé que les décisions finales aboutissent « dans les jours qui viennent » pour définir le statut inédit réclamé par le couple, qui veut garder un pied dans la monarchie (et certains avantages) tout en obtenant le droit de vivre de son travail. Les décisions du palais doivent prendre effet au printemps.

Pour leur part, Harry et Meghan se sont engagés à rembourser certaines dépenses publiques dont ils ont bénéficié, notamment les sommes employées pour rénover le Frogmore Cottage à Windsor, leur lieu de résidence au Royaume-Uni, soit plus de 2 millions de livres, qui leur avaient valu des critiques dans les médias.

Une « punition »

Les médias britanniques ont interprété l’annonce de samedi soir comme une punition infligée par la reine à Harry et Meghan. Elizabeth « a tapé du poing sur la table », a estimé Alastair Bruce, spécialiste de la royauté britannique à la chaîne Sky News, tandis que le journal The Daily Telegraph voyait dans la décision royale « la version du Megxit la plus dure possible ».

La perte de ce titre rappelle le sort de sa mère Lady Diana, qui avait elle aussi perdu son statut d’altesse royale après avoir divorcé du prince Charles en 1996. Et tout comme son fils souhaite à présent le faire, elle avait gardé le patronage de plusieurs associations caritatives.

Meghan se trouve actuellement au Canada, dans la région de Vancouver, où elle est retournée après y avoir passé des vacances à Noël avec Harry et leur fils Archie. Le couple avait décidé de prendre des vacances prolongées après s’être ouverts dans un documentaire de leurs difficultés face à l’exposition médiatique.

Ancienne actrice, l’américaine de 38 ans a habité sept ans à Toronto, où elle participait au tournage de la série « Suits ». C’est aussi dans cette ville que le couple s’était affiché ouvertement pour la première fois en public en 2017. Harry a de son côté présidé jeudi le tirage au sort de la Coupe du monde de rugby à XIII à Londres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite