Open d’Australie: Carlos Rodriguez, nouveau coach d’Anisimova, a retrouvé Justine Henin à Melbourne

Open d’Australie: Carlos Rodriguez, nouveau coach d’Anisimova, a retrouvé Justine Henin à Melbourne
Photo News

L’Open d’Australie, qui commence lundi à Melbourne, est le théâtre de retrouvailles entre deux personnalités importantes du tennis belge. Justine Henin, 37 ans, lauréate en 2004, est de retour pour la première fois depuis 2011, dans un rôle de consultante pour Eurosport. Et Carlos Rodriguez, son ancien coach, vainqueur aussi avec la Chinoise Li Na en 2014, est également là avec la jeune Américaine Amanda Anisimova (WTA 22), 18 ans.

«Nous avons passé quatre heures à discuter hier», a raconté à Belga le Belgo-Argentin, dans le Players Lounge de la Rod Laver Arena. «Nous sommes toujours en contact, car Justine est la marraine de Mateo, mon deuxième fils, mais cela nous a fait grand plaisir. Cela rappelle de grands souvenirs, avec la victoire de Justine en finale contre Kim. Ce fut un grand moment, car il s’agissait du premier tournoi du Grand Chelem que Justine abordait en tant que numéro 1 mondiale. Elle avait beaucoup de pression, car elle avait déjà triomphé à Roland-Garros et à l’US Open, mais elle est parvenue à faire honneur à son rang».

À 56 ans, Carlos Rodriguez, qui travaille en Chine, au sein de l’Académie Potters Wheel de Pékin, a repris du service sur le circuit à la fin de l’année dernière. Via l’agence de management IMG, il a été enrôlé pour prendre en main Amanda Anisimova, l’une des nouvelles pépites du tennis US, qui a perdu son papa l’été dernier.

«Nous avons commencé au mois d’octobre à Bradenton et nous avons convenu d’une période d’essai jusqu’à la fin de l’Australian Open», a-t-il poursuivi. «C’est une fille qui a un talent inimaginable. Elle a une très bonne main, une frappe de balle très pure, comme Justine l’avait aussi, si ce n’est un peu différemment. Mais elle doit s’étoffer physiquement. J’ai pu le constater à Auckland, en demi-finale contre Serena Williams, une vieille connaissance», a-t-il souri. «Mais bon, elle vient d’avoir 18 ans. L’idée, c’est que je lui apporte une philosophie de travail et de la structure tactique. Il faudra voir si nos manières de fonctionner concordent. Les débuts sont en tout cas encourageants. Et si elle peut atteindre le troisième tour contre Bertens ici, je serai déjà très content».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

  • photo news

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Pour Kim Clijsters, «c’est un énorme pas en avant» (vidéo)

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite