Open d’Australie: après la fumée, la pluie s’invite à Melbourne

Open d’Australie: après la fumée, la pluie s’invite à Melbourne
EPA

Il doit être écrit qu’on parlera beaucoup des conditions extérieures, cette année, à l’Open d’Australie. Mardi dernier, c’est une fumée épaisse qui avait fait le buzz à Melbourne Park, provoquant de vives polémiques, à raison, sur une première journée des qualifs maintenue, malgré des signes évidents de difficultés respiratoires pour les joueurs.

Ce lundi, c’est la première journée du tournoi qui a été perturbée, dès 15h à Melbourne (5h du matin en Belgique), par une pluie tenace. Toutes les rencontres extérieures étaient logiquement suspendues, alors que les toits étaient activés sur la Rod Laver Arena (en plein match de Federer), sur la Margaret Court Arena (match de Kvitova) et sur la Melbourne Arena (match de Dimitrov). Impossible à l’heure actuelle de dire, ou prédire, si les rencontres des Belges du jour (soit Van Uytvanck contre Ferro, suivie de Minnen face à Sasnovitch) allaient pouvoir se jouer, en fonction de cette météo, pour une fois la bienvenue en Australie…

Par contre, durant cette première partie de journée, on a déjà assisté à la première surprise du tournoi avec l’élimination du talentueux Denis Shapovalov, 13e joueur mondial, des œuvres du Hongrois Marton Fucsovics (76e) que la Belgique défiera bientôt à Debrecen en Coupe Davis…

Elimination aussi pour Borna Coric (28e mondial) des œuvres du bombardier américain, Sam Querrey. Par contre, aucune difficulté principale pour les favorites Naomi Osaka (Bouzkova), Serena Williams (Potapova) ou Caroline Wozniacki (Ahn).

22 matches avaient pu se terminer avant l’arrivée de cette première pluie…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite