Un quart des routes wallonnes ont un revêtement trop bruyant

Un quart des routes wallonnes ont un revêtement trop bruyant
René Breny

Un quart des routes wallonnes comportent un revêtement trop bruyant, ressort-il de la première cartographie de la qualité acoustique du réseau, dont fait écho Sudpresse, lundi. Les niveaux sont jugés « normaux », « silencieux » ou « très silencieux » pour 74,1 % du réseau.

La Région wallonne avait lancé en 2017 un appel à projets pour mesurer la qualité acoustique du réseau routier du sud du pays. L’étude, réalisée entre mars 2018 et août 2019 sur toutes les autoroutes, a livré ses premiers résultats.

Ils sont globalement encourageants, même si seul un quart du réseau mesuré est réellement considéré comme silencieux, soit un niveau de bruit de roulement inférieur à 98 décibels. En sachant que pour 100 dB, la durée limite d’exposition avant dommages est de 5 minutes par jour, selon l’association France Acouphènes.

« Les routes sont bruyantes par essence », confirme le ministre de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo). « Quand on parle de niveau normal, il faut donc comprendre normal… pour une route. »

Pour le ministre, les résultats sont satisfaisants. « Mais il faut bien entendu toujours chercher à limiter les nuisances. Il reste des situations problématiques à certains endroits. » Les provinces de Liège et Namur enregistrent par exemple un pourcentage beaucoup plus élevé de routes considérées comme très bruyantes : 15 % pour la première et 12 % pour la seconde, alors qu’il n’est que de 5 % au niveau wallon.

L’état des routes en Wallonie fait par ailleurs l’objet d’un dossier dans La Libre et la Dernière Heure. La Région met le turbo depuis 10 ans pour rattraper les travaux sous-financés des années 1970. Mais il reste beaucoup à faire, écrivent les quotidiens.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous