Anuna De Wever et Adélaïde Charlier de retour en Belgique

Josefien Hoeree, Anuna De Wever et Adelaide Charlier
Josefien Hoeree, Anuna De Wever et Adelaide Charlier - Belga

Anuna De Wever, Adélaïde Charlier et Josefien Hoerée, les figures de proue du mouvement Youth for Climate sont de retour en Belgique depuis lundi matin après un voyage de plus de trois mois en Amérique du Sud. Les jeunes filles sont rentrées en porte-conteneurs à Dunkerque, en France, et sont ravies de pouvoir poursuivre leur engagement pour le climat, ici, en Belgique.

Leur aventure a commencé le 2 octobre lorsqu’une trentaine de jeunes européens ont pris la mer à bord d’un trois mats depuis Amsterdam en direction du Brésil, dans le sillage de la Suédoise Greta Thunberg. Une fois à terre, ils devaient rejoindre le Chili où devait se tenir la COP 25. Mais en raison de l’insécurité sociale qui y règne, Santiago a renoncé et passé le relais à Madrid. Les activistes ont tenté de rallier la capitale espagnole à temps, sans prendre l’avion, en vain.

« Je suis très heureuse d’être de retour. C’était un super-voyage, mais je suis très contente de pouvoir reprendre notre action en Belgique, au vu de notre expérience à l’étranger, surtout dans la forêt amazonienne », a déclaré Anuna De Wever. « L’Amazonie est l’un des poumons les plus importants de la terre et doit être la priorité de tous. L’Europe et la Belgique doivent donc aussi y prêter plus d’attention », a expliqué la jeune fille.

Les trois militantes ambitionnent de mettre à nouveau la pression sur les politiciens belges, pour faire comprendre au prochain gouvernement fédéral que la politique climatique doit être encore plus ambitieuse et exiger l’adoption d’une loi sur le climat.

La prochaine marche des jeunes aura lieu le 7 février prochain, avec un focus spécifique sur les océans. « La planète se compose à 70 % d’eau ; il est donc important que nous en prenions soin. En finir avec la pollution plastique et la surpêche, mais aussi l’élévation du niveau des mers est capital pour la Belgique. Nous sommes un pays côtier, et en 2100, plus de 620.000 Belges pourraient être déplacés en raison de la montée des eaux », ajoute encore Anuna De Wever.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite