Un employé belge sur quatre fait régulièrement des cauchemars impliquant son manager

Un employé belge sur quatre fait régulièrement des cauchemars impliquant son manager
Photo prétexte Imageglobe

Pas moins de 23 % des Belges font régulièrement des cauchemars de leur chef, tandis que 16 % d’entre eux ont déjà demandé de l’aide en matière de santé mentale à cause de mauvais rapports avec leur manager, ressort-il lundi d’une étude de la société de ressources humaines StepStone basée sur les réponses de plus de 5.700 employés et managers belges.

Pour près d’un employé sur quatre, le travail s’immisce donc dans les mauvais rêves, tandis qu’un employé sur cinq éviterait son manager en dehors du travail afin de garantir une stricte séparation entre vie privée et vie professionnelle.

Des différences significatives existent toutefois selon la langue maternelle de l’employé. Ainsi, les employés francophones entretiennent de meilleures relations avec leur manager que leurs collègues néerlandophones. Ce dernier groupe a indiqué entretenir des rapports insuffisants, ou pire, avec son supérieur direct (29 % contre 21 % pour les francophones).

Trois éléments contrarient particulièrement les employés

L’étude montre par ailleurs que les managers ont tendance à se surestimer dans leur auto-évaluation par rapport à la note qui leur est accordée par leur personnel. Un manager obtient de la sorte une note moyenne de 5,9 sur 10 de la part de ses employés, mais s’auto-évalue à 7,5.

Trois éléments contrarient particulièrement les employés dans leur relation avec leur manager. Ainsi, près d’un salarié sur deux (49 %) n’apprécie pas d’observer un comportement irrespectueux envers les autres employés dans leur dos. Par ailleurs, 44 % des employés voient d’un mauvais œil le fait qu’un manager s’attribue les mérites de leur travail, et enfin, 38 % regrettent que leur manager mette quelqu’un en avant.

Sur le même sujet
Personnel
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite