Les incendies en Australie aggravent la situation de plus de 100 espèces d’animaux déjà menacées

Dans cet article
Les incendies en Australie aggravent la situation de plus de 100 espèces d’animaux déjà menacées
Reuters

Plus de 100 espèces d’animaux, déjà menacées d’extinction, ont vu au moins 50 % de leur habitat englouti par le feu dans les incendies qui font rage en Australie. Des experts en environnement locaux craignent la disparition de plusieurs espèces.

Une espèce d’araignée, une espèce de marsupial et 47 espèces végétales, toutes identifiées comme menacées à l’échelle nationale, ont vu la surface de leur habitat se réduire d’au moins 80 % à la suite des feux de forêt qui ravagent l’Australie.

Le mammifère le plus affecté par ce drame est la souris marsupiale, vivant sur l’île Kangourou au large de la côte sud australienne, où les incendies ont annihilé la moitié du pays. La moitié des 50.000 koalas y vivant aurait également été victime du feu. En outre, 65 espèces ont vu leur habitat réduit de 50 à 80 % par les flammes. Pour 213 autres types d’animaux, c’est 10 à 50 % de l’écosystème qui est parti en fumée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Le vert est dans le fruit

    Le pangolin, une race menacée d’extinction par la chasse que lui livrent frénétiquement les amateurs de ses étranges écailles, a trouvé la parade : le coronavirus. Brave petit mammifère qui serait à l’origine de l’épidémie.

    De son côté, la tomate elle aussi en a marre que les humains la mettent à toutes les sauces. En réaction, elle a développé elle aussi un virus, le BRFV, qui décolore les fruits, les déforme et les couvre de marbrure. Ce germe ne serait pas transmissible à l’homme. Mais qui aurait envie de croquer dans une tomate qui a l’aspect d’un zombie ?

    Dans les forêts, les scolytes (espèces de coléoptères) sont à leur tour devenus fous. Eux qui ne s’attaquaient qu’au bois mort s’en prennent désormais aux arbres vivants – notamment aux épicéas wallons – réaction, paraît-il, au réchauffement climatique.

    La nature devient folle, voilà enfin une explication scientifique au mal qui a atteint aussi les démocraties et les...

    Lire la suite

  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite