Quatre équipes, dont celle de Mathieu van der Poel, invitées à disputer Paris-Roubaix au mois d’avril

photo news
photo news

Outre l’équipe française Total Direct Energie et la belge Circus - Wanty Gobert, les deux premières au classement UCI ProTeams 2019 et donc automatiquement de la partie, les organisateurs bénéficiaient de quatre autres invitations pour venir compléter le plateau, déjà riche de toutes les formations WorldTour. Ils ont opté pour trois équipes françaises, B&B Hôtels - Vital Concept, Nippo Delko Provence et Team Arkéa - Samsic, ainsi que la formation belge de ’MVDP’, Alpecin-Fenix.

Ultra-dominateur dans les labourés cette saison, Mathieu van der Poel devrait donc disputer Paris-Roubaix pour la première fois de sa carrière. En 2019, il s’était illustré dans de nombreuses courses d’un jour pour ses débuts dans les classiques, faisant notamment le doublé Flèche Brabançonne - Amstel Gold Race. Il avait également impressionné au Tour des Flandres, terminant 4e pour sa première sur les exigeantes routes du ’Ronde’.

En 2019, Philippe Gilbert s’était imposé sur le mythique vélodrome de Roubaix devant l’Allemand Nils Politt.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  3. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite