La reine Mathilde offre une aide royale à des jeunes vulnérables en voie d’émancipation

La reine Mathilde a fêté ce lundi ses 47 ans.
La reine Mathilde a fêté ce lundi ses 47 ans. - belga

Avoir 18 ans quand on a passé sa jeunesse en institution ou famille d’accueil peut constituer une étape délicate, voire périlleuse. Parce que c’est le moment de l’émancipation, de l’autonomie pour des jeunes fragilisés mais encadrés jusque-là. Les solutions existantes pour les aider à franchir ce cap et à vivre cette transition ne sont pas forcément légion, et certains majeurs se retrouvent démunis, isolés, voire à la rue.

La thématique intéresse la reine Mathilde qui, à travers le « Fonds reine Mathilde », soutient déjà des projets « par et pour les jeunes », surtout les plus fragilisés, et souhaite mettre davantage l’accent sur leur préparation aux réalités de la vie : recherche d’un logement, d’un emploi, de formation ou études, gestion d’un revenu…

Mais pour le jour de son anniversaire, ce lundi, Mathilde a décidé de soutenir financièrement trois projets existants via l’ASBL les « Œuvres de la reine » cette fois. 400.000 euros sont prévus en trois ans dans ce but.

Rappelons que cette ASBL, fondée en 1964 avec les dons reçus par Baudouin et Fabiola à l’occasion de leur mariage, sert traditionnellement à aider des personnes précarisées, qui s’adressent au Palais via le service des Requêtes et des Affaires Sociales, pour demander une aide financière ponctuelle. En moyenne, les personnes ainsi aidées perçoivent 188 euros, par exemple pour payer une facture de chauffage ou d’électricité, grâce aux 140.000 à 150.000 euros de budget annuel de l’ASBL.

400.000 euros

Ici, ce sont donc 400.000 euros en trois ans qui seront mis à disposition de trois projets spécifiques, soutenant des jeunes vulnérables de 18 à 25 ans. Le premier projet est celui de la Fondation VIC (Société Royale Protectrice de l’Enfance) qui vise à « l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de plus de 18 ans sortant de l’aide à la jeunesse » ; et ce, via le parrainage et le coaching, l’idée étant de suivre ces jeunes durant plusieurs années sur le chemin de l’autonomie et de les entourer d’un « réseau professionnel et affectif » leur permettant d’éviter l’isolement.

Le deuxième projet est « Grote stap » de l’ASBL « Cachet », qui organise « des sessions et des camps d’informations » pour aider des jeunes défavorisés à prendre leur indépendance et à développer un réseau. Enfin, le projet « Bootsman » de l’ASBL « Koninklijk Werk IBIS » encadre des jeunes de 16 et 20 ans ayant encore besoin de soutien avant d’être livrés à eux-mêmes.

L’apport financier décidé par Mathilde permettra à ces trois organisations d’augmenter leur champ d’action et le nombre de personnes aidées sur le chemin de la vie adulte. Notons que les « Œuvres de la reine » sont financées, outre le patrimoine hérité de Fabiola, par des dons et une partie des recettes des visites des serres de Laeken.

Sur le même sujet
Famille
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous