Le message de Dimitri Lavalée, transféré à Mayence, aux supporters du Standard: «Je resterai appliqué pour que le club réalise ses objectifs»

photo news
photo news

Le club allemand de Bundesliga a annoncé lundi que le défenseur central de 23 ans arrivera au terme de la présente saison et qu’il avait paraphé un contrat de quatre ans. Formé au Standard, Dimitri Lavalée s’est avéré précieux dans les rotations cette saison, disputant huit matches dont cinq en championnat et une en Europa League, à Francfort.

Le défenseur, prêté au MVV Maastricht la saison dernière, a donc choisi de ne pas prolonger son aventure chez les Liégeois pour tenter sa chance à l’étranger. Il rejoindra donc Mayence, actuel 15e de Bundesliga.

Quelques heures après l’officialisation de son départ, Lavalée a tenu à s’adresser aux fans du Standard. « À vous chers supporters rouges, je vous remercie pour tout le soutien que vous m’avez toujours apporté », a écrit le principal intéressé sur son compte Twitter. « Je reste un joueur du Standard jusqu’à la fin de la saison, et comme d’habitude je me préparerai de la meilleure des manières comme je l’ai toujours fait par le passé pour répondre présent si l’on fait appel à moi Je resterai appliqué et concentré pour que le Standard réalise ses ambitions et objectifs en championnat. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite