Open d’Australie: le Français Jo-Wilfried Tsonga abandonne sur blessure au 1er tour

Reuters
Reuters

Jo-Wilfried Tsonga, 33e mondial, a été contraint à l’abandon au 1er tour de l’Open d’Australie face à l’Australien Alexei Popyrin (96e) en raison de douleurs récurrentes au dos, mardi à Melbourne.

Le Français de 34 ans n’a pas repris le jeu au changement de côté après la perte du 3e set. Popyrin menait 6-7 (5/7), 6-2, 6-1.

« Dès que je pousse, je prends une châtaigne », a-t-il expliqué sur le court au kiné du tournoi, qui se trouve être celui de l’équipe de France de Coupe Davis.

Puis il a expliqué au médecin, venu lui aussi sur le court, avoir déjà reçu des injections et pris, juste avant le match, des anti-inflammatoires et du paracétamol. Le médecin lui a alors dit qu’il ne pouvait rien lui donner de plus et Tsonga a jeté l’éponge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite