Lanceurs spatiaux Ariane et Vega: 150 emplois créés en Belgique

Lanceurs spatiaux Ariane et Vega: 150 emplois créés en Belgique
Photo News

Quelque 150 emplois seront créés à Bruxelles, Liège, Charleroi et Lummen pour les nouveaux lanceurs Ariane et Vega grâce à la contribution majorée de la Belgique aux programmes de l’Agence spatiale européenne (ESA), a annoncé mardi le ministre de la Politique scientifique David Clarinval.

C’est sur ces mots que le vice-Premier ministre MR a ouvert la 12e Conférence spatiale européenne, qui se tient ces mardi et mercredi au Palais d’Egmont à Bruxelles et est devenue un rendez-vous annuel prépondérant des décideurs publics et des industriels de l’espace. « La garantie d’un accès autonome à l’Espace nous est assurée par la variété des lanceurs dont nous disposons et plus particulièrement par l’activation du dernier lot d’Ariane 5 », a souligné M. Clarinval, alors que la concurrence est rude pour placer sur orbite des satellites de fourniture d’internet face aux projets américains ou chinois.

Le premier vol d’Ariane 6, appelée à remplacer les différentes évolutions d’Ariane 5 dont la première version remonte à 1996, est prévu fin décembre prochain, de même qu’un premier lot de production de 14 lanceurs pour les années 2020-2022. Pour la Belgique, cela représente un potentiel de 100 emplois à haute valeur ajoutée chez les industriels concernés (Sabca, Safran AeroBoosters et Thales Alenia Space).

Le premier vol de Vega C, un lanceur plus léger qu’Ariane, sera lui effectué entre juillet et octobre de cette année. A terme, 50 personnes seront employées en Belgique dans le cadre des activités de production de Vega-C et de Vega-E (Sabca, Spacebel et Safran AeroBoosters).

Une retombée des investissements « sans précédent »

Ces entreprises seront sollicitées pour les systèmes « d’actuation » (qui transforment un signal de commande en action mécanique), les vannes de régulation des fluides pour moteurs et réservoirs ou encore pour les « chaînes de sauvegarde » qui neutralisent le lanceur au cas où sa trajectoire mettrait en péril des personnes ou des biens.

Ces emplois, selon le ministre Clarinval, sont une retombée des investissements « sans précédent » de la Belgique dans les programmes de l’ESA : ils atteindront 1,45 milliard d’euros pour la période 2020-2024, contre 1,2 milliard d’euros pour la période précédente.

Une autre retombée de cet engagement avait déjà été annoncée : le choix par l’ESA du site du Centre européen de la sécurité et de l’éducation spatiale (ESEC) à Redu, en province de Luxembourg, pour abriter son futur centre de cyber-sécurité.

ArianeGroup coordonne un réseau industriel regroupant plusieurs centaines d’entreprises (dont 350 PME) dans 13 pays européens. Fidèle à sa politique de « juste retour », l’Agence spatiale européenne garantit à ses 22 Etats membres des contrats nationaux proportionnels à leurs investissements. Dans les programmes lanceurs, la Belgique figure au cinquième rang des pays les plus actifs, derrière la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite