Le double Gillé – Vliegen avant son entrée en lice à l’Open d’Australie: «Ce serait chouette de pouvoir défier Herbert et Mahut»

Photonews
Photonews

Sander Gillé (ATP 44 en double) et Joran Vliegen (ATP 37) s’apprêtent à vivre un moment important dans leur carrière à Melbourne. Les deux Limbourgeois vont en effet participer pour la première fois à l’Open d’Australie en double. Le droitier de Hasselt, 28 ans, et le gaucher de Maaseik, 26 ans, feront leur entrée dans le tournoi ce mercredi contre les Espagnols Pablo Andujar (ATP NC) et Feliciano Lopez (ATP 51).

« Nous sommes ravis d’être là », a confié mardi à Belga Joran Vliegen à Melbourne Park. « L’an dernier, nous étions sixième paire réserve, et même si nous avions pu avancer jusqu’à la première position, nous n’avions pas pu participer. L’Open d’Australie est un beau tournoi. Le cadre est somptueux, tout est bien organisé. C’est la première levée du Grand Chelem de l’année, tout le monde est encore joyeux, motivé. Nous sommes donc impatients. J’ai déjà joué deux fois contre Lopez, notamment à Anvers, il peut former un duo dangereux avec Andujar, mais jouable. »

Sander Gillé et Joran Vliegen peuvent en effet aborder le tournoi avec confiance. Auteurs d’une belle campagne en ATP Cup, où ils sont passés à deux doigts de qualifier la Belgique pour les demi-finales contre Pablo Carreno Busta et Rafael Nadal, et demi-finalistes à Auckland la semaine dernière, ils ont bien entamé l’année.

« Nous jouons bien et nous devons nous appuyer sur nos qualités. Si nous atteignons notre niveau, nous devrions pouvoir gagner ce match », a poursuivi Joran Vliegen. « Ce serait chouette, car cela nous permettrait de pouvoir défier Herbert et Mahut, les tenants du titre, qui ont réalisé un Grand Chelem de carrière et forment peut-être actuellement la meilleure paire de double du monde. Ce serait une superbe expérience, avec un match où nous n’aurions rien à perdre. Après Wimbledon et l’US Open l’an dernier, c’est notre troisième Grand Chelem. Et nous sommes excités. »

Les Français Pierre-Hugues Herbert (ATP 6 en double) et Nicolas Mahut (ATP 3) ont remporté ensemble les quatre manches du Grand Chelem ainsi que le Masters de fin de saison, en novembre dernier à Londres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite