Flipkens, les larmes aux yeux après son élimination à l’Open d’Australie: «Cette défaite fait mal»

Belga
Belga

Crève-cœur pour Kirsten Flipkens (WTA 81), mardi à l’Open d’Australie. La Campinoise, 34 ans, est en effet passée tout près de créer la surprise au premier tour contre la Tchèque Karolina Muchova (WTA 22), 23 ans, sur le court N.14. Après 2h26 de jeu, elle a toutefois fini par s’incliner 6-3, 2-6 et 7-6 (10/7), non sans s’être battue comme une lionne pour revenir de 4-0 et 5-2 dans le dernier set, sauvant au passage trois balles de match.

« Cette défaite fait très mal, croyez-moi », a-t-elle déclaré après la rencontre. « Je reviens tellement bien dans ce match après avoir été menée 4-0, balle de 5-0 dans ce troisième set. Je suis très satisfaite de mon niveau de jeu, de la mentalité affichée. J’ai prouvé que je n’abandonnais jamais. Je suis devenue plus agressive, car il fallait que j’essaie quelque chose, je suis allée la chercher sur son coup droit, son coup fort, car je voyais que son bras tremblait quand c’était serré. J’y ai cru jusqu’au bout, même quand elle a eu des balles de match à 5-2. J’ai lâché mes coups. Et c’est alors dur de sortir du court les mains vides. »

Kirsten Flipkens en avait d’ailleurs les larmes aux yeux après cette défaite, preuve que même à 34 ans, elle adore toujours autant le tennis. La native de Geel n’a malgré tout pas à rougir de sa prestation et si elle continue de la sorte, elle peut encore espérer réaliser de belles choses en 2020.

« Même si je n’ai pas gagné, il y a beaucoup de choses à retenir et je peux être fière de moi. Si j’avais pris 6-1, 6-1, l’histoire aurait été différente. Mais là, avec un tel résultat contre la 22e mondiale, je ne peux pas être trop déçue. Muchova a un gros potentiel et ce que j’ai montré est encourageant pour la suite. C’est donc une déception positive, même si ce que je dis ici n’a aucun sens », a souri ’Flipper’, dont le prochain rendez-vous sera la rencontre de Fed Cup avec la Belgique contre le Kazakhstan à Courtrai, les 7 et 8 février. « Rybakina ne jouera pas, ce qui est déjà une bonne nouvelle », a-t-elle conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite