Accueil Culture Scènes Les spectacles à l'affiche

Les langues paternelles Faut-il tuer le père?

Cette psychanalyse vivante et ludique nous rappelle qu’à défaut de tuer le père, il faut savoir le regarder en face.

Les 24 et 25 janvier au Centre culturel Jacques Franck (Saint-Gilles).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La parole abonde sur les relations mère-enfant mais elle semble plus réservée quand il s’agit de paternité. Pourtant, dans la foulée des évolutions de la société, la place du père s’est trouvée bousculée. Secouée par l’augmentation des divorces, le déclin des mères au foyer, l’émancipation de la femme ou les théories de Dolto. Existe-t-il une nouvelle manière d’être père ? Les contours d’un profil type seraient risqués à dessiner mais on peut partir à la rencontre de l’un d’eux, déchiffré avec acuité et émotion dans Les langues paternelles de David Serge.

C’est sous ce pseudonyme que Daniel Schneidermann, chroniqueur à Libération et animateur d’« @rrêt sur images », use de sa plume tourbillonnante. A partir de ce roman, confession sublime d’un père à son père, Antoine Laubin a mis en scène une partition virevoltante à trois voix.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les spectacles à l'affiche

«Phèdre(s)»: les fables d’Ollone

Après le très remarqué «  Reflets d’un banquet », inspiré de Platon, Pauline d’Ollone s’attaque à un autre grand auteur classique : Racine. Au Théâtre des Martyrs, Phèdre se jette à l’eau, littéralement.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs