Magritte du cinéma: Pascal Duquenne présidera la cérémonie

Pascal Duquenne
Pascal Duquenne - Sylvain Piraux

Le comédien belge Pascal Duquenne présidera la 10e cérémonie des Magritte du cinéma. Il succède ainsi à Vincent Patar & Stéphane Aubier, Natacha Régnier, Virginie Efira, Marie Gillain, François Damiens, Emilie Dequenne, Yolande Moreau et Bertrand Tavernier.

Pascal Duquenne est connu pour avoir joué le rôle de Georges dans Le Huitième Jour de Jaco Van Dormael, pour lequel il obtient en 1996 le Prix d’interprétation masculine du Festival de Cannes conjointement avec Daniel Auteuil.

La cérémonie aura lieu le 1er février et sera présentée par Kody. Un Magritte d’honneur sera aussi adressé à Monica Belluci.

Sur le même sujet
Magritte
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les expéditions des scientifiques ciblent les grottes du sud de la Chine et de l’Asie du Sud-Est car ces régions sont des points chauds pour l’émergence de nouveaux coronavirus.

    En Chine, des scientifiques parcourent les grottes à la recherche de nouveaux coronavirus

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. Quentin Ketelears et Nathalie François ont co-créé «
Molly&Fonz
», un studio créatif. Ils sont depuis 2017 employés par la Smart.

    La Smart lance le contrat à durée indéterminée pour entrepreneur

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite