Accueil Culture Cinéma

Jayro Bustamante: «La vie est trop courte pour faire juste du divertissement»

Dans « La Llorona », Jayro Bustamante aborde d’un point de vue onirique le génocide d’Indiens mayas au Guatemala dans les années 1980.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Utiliser la magie du cinéma, de l’horreur et du genre pour parler de l’Histoire dans ses phases les plus tragiques : voilà une des grandes forces du cinéma de Jayro Bustamante. Aujourd’hui installé à Paris, le réalisateur franco-guatémaltèque défend un cinéma engagé, qui vise à éveiller les consciences. Après les remarqués Ixcanul et Temblores, il aborde dans La Llorona le génocide des Indiens mayas au Guatemala dans les années 80.

« La Llorona » est la troisième partie d’un triptyque qui regroupe vos deux films précédents : « Ixcanul » et « Temblores »…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs