Accueil Culture Musiques

Sandor: ce qui nous est arrivé de mieux de Suisse depuis longtemps

Rencontre avec une belle et forte personnalité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Pour se faire connaître, Virginie, qui vit aujourd’hui à Lausanne après des études à Genève et une enfance à Sion, a choisi le pseudo de Sandor, du nom de la comtesse hongroise Sarolta Vay (1859-1918), travestie qui a passé sa vie habillée en homme. «  J’ai lu un livre sur sa vie qui m’a bouleversée , nous a raconté Virginie. Sa famille voulant un garçon l’a élevée comme tel avant qu’à ses 14 ans, ils lui donnent un petit frère. Mais elle se sentait homme, laissant tomber ses épouses les unes après les autres. Elle divorçait à chaque fois. Elle était moche comme un pou en plus. La cause homosexuelle me touche beaucoup, étant moi-même homosexuelle sans vouloir être porte-parole ni revendicatrice pour autant. J’aime la dimension romantique du vécu de Sandor. Un nom auquel tout le monde peut s’identifier.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs