Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège 2020: un seul changement est souhaité, la présence du soleil

photo news
photo news

Le retour de l’arrivée de la « Doyenne » au cœur de Liège, en 2019, avait été accueilli avec soulagement par tous les passionnés et fervents de la « plus belle des classiques ». Malheureusement, la météo ne s’invita pas à la fête. « Nous avions les pieds dans l’eau, dès le petit-déjeuner « populaire » organisé en matinée, et donc jusqu’à la fin », déplora mardi Katty Firquet, députée provinciale et vice-présidente de la Province de Liège. « Notre souhait, notre rêve, c’est d’avoir un peu de chance, cette fois, du côté du ciel. »

Car chacun, sportivement en priorité, avait salué l’arrivée boulevard d’Avroy, à deux pas… du départ situé place Saint-Lambert. « Peut-être n’avons-nous pas suffisamment mobilisé les 8.000 cyclotouristes qui participaient à la course, la veille ?, s’interrogeait Katty Firquet. Nous nous engagerons donc, cette année, avec l’aide ou pas de la météo afin de maintenir le public au centre de Liège entre le départ et l’arrivée, ce qui est parfaitement envisageable avec les animations que nous préparons. »

Les dames en TV

Dont l’arrivée de la course féminine qui fêtera sa quatrième édition, avec 1h30 de direct sur la « Une télé ». La RTBF s’est engagée à produire les images de la Flèche wallonne et de « LBL » pour les dames, ce qui avait été remis en cause l’automne dernier.

Du coup, la semaine « ardennaise » sera copieuse : les espoirs participeront à la 35ème édition (départ de Bastogne arrivée à Blegny) huit jours avant (le 18 avril) pour ouvrir le bal avant la Flèche (22 avril pour les hommes et les femmes), LBL pour les cyclos le 25 (et présentation des équipes des deux sexes sur la place Saint-Lambert le même jour à 13h30) avant le dénouement de la Doyenne qui ferme officiellement le printemps des classiques le 26. Avec la participation, entre autres, de Julian Alaphilippe, Jakob Fuglsang (vainqueurs sortants), Remco Evenepoel et compagnie.

Le parcours des classiques wallonnes, nous y reviendrons, ne subit aucun changement par rapport à 2019, à l’exception de la côte de Cherave (Flèche wallonne), remplacée par le chemin des Gueuses. Et bien évidemment, mais c’était annoncé depuis le 26 avril 2019, le départ à Herve pour la Flèche dans la « tournante » appliquée depuis plusieurs années (le départ de l’année précédente avait été lancé depuis Ans).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite