Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

Jean-Paul Philippot.
Jean-Paul Philippot. - Belga.

Suite aux révélations du Soir sur le manque de transparence de la RTBF autour du salaire de son administrateur-général, Jean-Paul Philippot, la ministre des Médias Bénédicte Linard (Ecolo) a commandé un rapport aux commissaires du gouvernement qui siègent à la RTBF. Un vent favorable l’a fait atterrir à la rédaction.

Manon Letouche (Ecolo) et Marc Foccroulle (PS) y pointent différents manquements dans le chef du média public. Le plus grave étant le non-respect de l’obligation légale de transparence. Les commissaires soulignent en effet que jamais, de 2014 à 2018, le rapport annuel censé détailler le salaire du patron de Reyers n’était complet. Certaines années, le texte est jugé « flou, incompréhensible et incorrect ». Parfois les montants « communiqués ne correspondaient pas à la rémunération réellement perçue ». En 2014, ce chapitre faisait carrément défaut, alors que sa publication est imposée par décret depuis 2003.

Deuxième manquement soulevé : la chaîne publique « n’a jamais communiqué annuellement au Ministre de tutelle les montants de la rémunération de l’administrateur général alors que l’article 15 alinéa 2 du décret du 9 janvier 2003 l’y oblige légalement ». La RTBF répond qu’il s’agit « d’une malencontreuse omission administrative », qui n’a « jamais été relevée, pendant 8 ans, par quelque autorité que ce soit ».

Ce rapport souligne encore des errements dans le calcul du salaire de M. Philippot. Les commissaires constatent le non-respect du plafond de 245.000 euros. Un plafond coulé dans une circulaire qui n’était pas contraignante pour M. Philippot quand il a signé son contrat.

► Contrat, responsabilités: toutes les conclusions du rapport sont à lire sur Le Soir+.

Sur le même sujet
Rapport annuelPS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite