A Davos, Sophie Wilmès met en avant un capital humain «loyal, flexible, très compétent» en Belgique

A Davos, Sophie Wilmès met en avant un capital humain «loyal, flexible, très compétent» en Belgique
Belga

La première journée du Forum économique mondial de Davos s’est clôturée mardi soir avec la Belgian Power Reception, une soirée destinée à vendre les atouts belges à l’étranger. Le Roi et la Reine étaient présents tout comme de nombreux chefs d’entreprises belges mais aussi de (futurs) investisseurs étrangers. L’occasion pour la Première ministre Sophie Wilmès de vendre le plat pays, porte d’entrée vers l’Europe et ses 500 millions de consommateurs.

Centre de la diplomatie, QG global, nation multilingue et multiculturelle… La Première ministre n’a cessé de vanter les atouts que peut représenter un petit pays comme la Belgique pour des investisseurs étrangers. Lors de cette réception agrémentée de diverses bouchées et bières belges (sans alcool), elle a pour une fois fait fi de la modestie qui caractérise le peuple belge pour mettre en avant ses compétences, ce « capital humain loyal, flexible, très compétent ».

A croire que le pays aurait tout pour plaire ? Non, la Belgique fait aussi face à des « défis, comme tout le monde mais nous sommes lucides et ouverts sur ceux-ci », estime-t-elle. Le gouvernement est en affaires courantes depuis plus d’un an mais Sophie Wilmès n’a eu de cesse de répéter mardi que la porte du business était toujours ouverte.

Sur le même sujet
PolitiqueBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite