Le diamant géant de Louis Vuitton sera poli et taillé à Anvers

Le diamant géant de Louis Vuitton sera poli et taillé à Anvers
AFP

La maison de luxe Louis Vuitton a présenté ce mardi, à Paris, « Sewelô », le deuxième plus gros diamant du monde, une pierre précieuse qui attend d’être polie et découpée en plus petites pierres précieuses à Anvers par le tailleur de diamants HB Company, rapportent L’Echo et De Tijd mercredi.

Extrait au Botswana par l’entreprise Lucara en avril 2019, « Sewelô » pèse environ 350 grammes et a la taille d’une balle de tennis. Le tailleur de diamants HB Company a indiqué la semaine passée qu’un accord de collaboration avait été conclu entre la maison Louis Vuitton et la société canadienne Lucara Diamond, propriétaire de la mine où a été découvert le diamant, pour « planifier et tailler une collection de diamants à partir de Sewelô ». De Tijd tient de sources initiées que l’entreprise diamantaire anversoise Simply Sparkling de la fammile Seber pourrait être derrière HB Company.

La directrice du Syndicat de l’industrie diamantaire belge, Melissa Smet, explique par ailleurs que « ce qui rend la pierre spéciale, c’est aussi sa nature mystérieuse. La pierre est recouverte de carbone noir et la qualité du diamant caché sous cette couche reste un mystère. On n’a néanmoins pas la certitude que le diamant produira des pierres précieuses de haute qualité, ce qui implique un plus grand risque ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite