Open d’Australie: fin de parcours pour Greet Minnen, battue par Elena Rybakina

Belga
Belga

Le parcours de Greet Minnen (WTA 119) dans son premier tableau final du simple dames d’un tournoi du Grand Chelem a pris fin mercredi au 2e tour de l’Open d’Australie de tennis. Au lendemain de sa belle victoire aux dépens de la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich (WTA 94), après 2h39 de match, la Campinoise de 22 ans classée 119e mondiale s’est inclinée face à plus forte qu’elle : Minnen, qui était passée par les qualifications, a été battue en deux sets (3-6 ; 4-6) et 1h et 16 minutes de jeu par Elena Rybakina (WTA 26) qu’elle n’avait encore jamais affronté.

La jeune Kazakhe de 20 ans, qui figure au 26e rang mondial et qui est la 29e tête de série à Melbourne, est très en forme en ce début d’année. Elle reste sur une finale à Shenzhen et une victoire à Hobart ce qui lui a permis de gagner dix places dans la hiérarchie mondiale.

Malgré cette défaite, Minnen, dont le meilleur classement WTA était une 110e place, est assurée d’intégrer le Top 100 à l’issue de l’Open d’Australie.

Minnen (WTA 158 en double) ne quitte pas pour autant l’Australie. Elle dispute également le double dames à Melbourne en compagnie d’Alison Van Uytvanck (WTA 104 en double). Toutes deux rencontreront au 1er tour le duo japonais formé de Shuko Aoyama (WTA 27) et Ena Shibahara (WTA 31), classé tête de série N.10.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

  • photo news

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Pour Kim Clijsters, «c’est un énorme pas en avant» (vidéo)

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Syrie_Repubblica

    Syrie: le papa qui transforme la guerre en un jeu pour distraire sa fille de l’horreur (vidéo)

  2. « Les sociétés installées dans notre pays ont régulièrement besoin de travailleurs étrangers spécifiques », explique Maggie De Block (Open Vld). « Grâce à notre simplification administrative, nous avons raccourci la procédure.
»

    Travailleurs étrangers: le gouvernement corrige le tir sur le permis unique

  3. Dans l’histoire de Mélusine Productions qui a débuté en 1998, « Zero impunity » est le film d’animation hybride le plus engagé à ce jour : il dénonce les crimes sexuels commis dans les zones de guerre.

    Festival Anima: les doigts de fée de l’animation

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations contre Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite