Tour Down Under: l’Australien Caleb Ewan remporte la seconde étape (vidéo)

Photonews
Photonews

Caleb Ewan a inscrit son nom au palmarès de la deuxième étape du Tour Down Under cycliste (WorldTour). Le sprinter australien de Lotto Soudal a devancé au terme des 135,8 km entre Woodside et Stirling le Sud-Africain Daryl Impey (Mitchelton-Scott) et l’Australien Nathan Haas. Jasper Philipsen a terminé quatrième. Ewan s’empare du maillot de leader de l’Irlandais Sam Bennett, qui avait remporté mardi l’étape d’ouverture.

La deuxième étape était à nouveau tracée pour les sprinters, bien que cette fois le peloton ait dû faire face à un peu plus de dénivelé. C’est Joey Roskopff qui est parti en début d’étape à la recherche des points pour le maillot de la montagne, qu’il a manqué de peu mardi. Au bout de 15 km, il s’est emparé de ce qu’il visait avant de se relever.

Sam Jenner, Laurens De Vreese et Omer Goldstein ont alors tenté leur chance et l’ont rejoint. Le peloton leur a donné tout au plus 3 : 30 de bonus. En chemin Rosskopf a ajouté les points du prix de la montagne. À l’abord du circuit local, l’avance du quatuor était tombée à 1 : 10.

De Vreese a tenté e poursuivre son effort tout seul, alors qu’après une centaine de kilomètres ses compagnons avaient été repris par le peloton. À 25 km de l’arrivée, De Vreese a également rendu les armes et le rythme a augmenté sur le parcours vallonné. Mitchelton-Scott, en particulier, a tiré sur le peloton en vue du sprint de Daryl Impey.

L’arrivée a été perturbée par une chute massive à 1,5 km de l’arrivée. Notre compatriote Ben Hermans figurait parmi les malheureux coureurs expédiés sur le bitume où figuraient aussi Elia Viviani et Simon Yates. Impey semblait bien parti quand Caleb Ewan a placé son effort et s’est imposé de manière indiscutable.

Au général, Ewan est le nouveau leader, Sam Bennett est deuxième dans le même temps, Impey est troisième à une seconde, Jasper Philipsen quatrième à quatre secondes.

Jeudi, les coureurs du classement général auront l’occasion de s’expliquer à l’arrivée. La 3e étape longue de 131 km entre Unley et Paracombe se termine par une montée de 1,2 km, à 9,3 % de dénivelé positif avec des passages allant jusqu’à 20 %.

Hermans a franchi la ligne d’arrivée en dernier et a été transféré à l’hôpital par la suite. On craint une fracture de la clavicule.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10848293-055

    Par Eric Clovio

    Route

    Mathieu van der Poel reprend sa route vers l’or en Algarve

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    La maturité tardive de Xandro Meurisse

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    Thomas Degand: «Vivre de sa passion, c’est un luxe que je mesure chaque jour»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite