L’ancien directeur sportif de Jan Ullrich dévoile les dessous du dopage: «Des poches de sang étaient cachées dans des briques de lait»

EPA
EPA

Toujours très silencieux par le passé, Rudy Pevenage a désormais décidé de révéler tout ce qu’il sait sur les pratiques de dopage qui entourait son coureur Jan Ullrich. L’ancien directeur sportif se livre longuement dans son autobiographie « Der Rudy ». « Je n’ai plus peur des réactions ou des remarques », explique Pevenage, dans des extraits dévoilés notamment par le quotidien néerlandophone Het Laatste Nieuws.

Le mentor d’Ullrich entre 1995 et 2006 raconte par exemple comment les produits dopants étaient cachés, tout en étant à la vue de tous. Il évoque notamment une situation lors du Giro en 2001, une époque où Ullrich est passé tout près du scandale. La police italienne perquisitionnait alors dans tous les hôtels et Pevenage avait eu juste le temps de cacher des produits interdits. « Dans la panique, j’ai oublié une canette de coca un peu spéciale dans le frigo. Elle avait une double paroi et on pouvait dévisser la partie supérieure pour y dissimuler des médicaments. Le contenu restait au frais et, de l’extérieur, il était impossible de distinguer cette canette d’une vraie ».

Autre moment, autre forme de dopage : Pevenage a dévoilé les dessous du dopage sanguin au départ du Tour de France 2004. « Dans ma chambre d’hôtel à Liège, j’ai reçu la visite de l’ancien vététiste Alberto León, que nous avons surnommé ’Ali Baba’. Le lendemain, avec les médecins José Luis Merino et Eufemiano Fuentes, nous avons établi une liste de coureur à qui Ali Baba devait rendre visite. Les poches de sang étaient soigneusement cachées dans des briques de lait vides. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10848293-055

    Par Eric Clovio

    Route

    Mathieu van der Poel reprend sa route vers l’or en Algarve

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    La maturité tardive de Xandro Meurisse

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    Thomas Degand: «Vivre de sa passion, c’est un luxe que je mesure chaque jour»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite