L’ancien directeur sportif de Jan Ullrich dévoile les dessous du dopage: «Des poches de sang étaient cachées dans des briques de lait»

EPA
EPA

Toujours très silencieux par le passé, Rudy Pevenage a désormais décidé de révéler tout ce qu’il sait sur les pratiques de dopage qui entourait son coureur Jan Ullrich. L’ancien directeur sportif se livre longuement dans son autobiographie « Der Rudy ». « Je n’ai plus peur des réactions ou des remarques », explique Pevenage, dans des extraits dévoilés notamment par le quotidien néerlandophone Het Laatste Nieuws.

Le mentor d’Ullrich entre 1995 et 2006 raconte par exemple comment les produits dopants étaient cachés, tout en étant à la vue de tous. Il évoque notamment une situation lors du Giro en 2001, une époque où Ullrich est passé tout près du scandale. La police italienne perquisitionnait alors dans tous les hôtels et Pevenage avait eu juste le temps de cacher des produits interdits. « Dans la panique, j’ai oublié une canette de coca un peu spéciale dans le frigo. Elle avait une double paroi et on pouvait dévisser la partie supérieure pour y dissimuler des médicaments. Le contenu restait au frais et, de l’extérieur, il était impossible de distinguer cette canette d’une vraie ».

Autre moment, autre forme de dopage : Pevenage a dévoilé les dessous du dopage sanguin au départ du Tour de France 2004. « Dans ma chambre d’hôtel à Liège, j’ai reçu la visite de l’ancien vététiste Alberto León, que nous avons surnommé ’Ali Baba’. Le lendemain, avec les médecins José Luis Merino et Eufemiano Fuentes, nous avons établi une liste de coureur à qui Ali Baba devait rendre visite. Les poches de sang étaient soigneusement cachées dans des briques de lait vides. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Geoghegan Hart (à droite) appartient à Ineos, ce qui a fait la différence, selon Gérard Bulens.

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Gérard Bulens: «Les statistiques d’Ineos parlent d’elles-mêmes»

  • @AFP

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tao Geoghegan Hart rend des couleurs à Ineos

  • Richard Carapaz (Ineos). @AFP

    Par Eric Clovio

    Route

    Vuelta: «La Roja» sur les épaules de Carapaz

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous