Commentaires racistes sur les migrants de La Panne: la police fédérale ouvre une enquête

La police a arrêté les recherches des migrants disparus.
La police a arrêté les recherches des migrants disparus. - Belga

Le naufrage d’une embarcation de migrants mardi matin au large de La Panne a fait couler beaucoup d’encre. En Flandre, les naufragés ont été la cible d’un déferlement de haine sur les réseaux sociaux qui a suscité l’indignation. Comme le rapporte vrt.be, la page Facebook de la télévision locale de Flandre occidentale Focus-WTV a été inondée ce mardi de réactions racistes.

► « Ce n’est pas ma Flandre » : les politiciens flamands indignés après des commentaires racistes sur les migrants de La Panne

A la demande du parquet de Flandre occidentale, la police fédérale a ouvert une enquête sur des propos racistes sur les réseaux sociaux apparus à la suite du naufrage d’un bateau de migrants à La Panne.

Une recherche avait été lancée mardi matin au large de la côte de La Panne à la recherche de migrants qui se sont retrouvés en mer après le naufrage d’un bateau.

Des sanctions jusqu’à 8.000 euros

De nombreuses déclarations et messages racistes sont très vite apparus sur les réseaux sociaux. « Nous avons ensuite contacté la police fédérale et sa section internet en lui demandant d’ouvrir une enquête sur les violations de la loi antiracisme », explique Johan Lescrauwaet du parquet d’Ypres. « C’est un signal important pour montrer que cela ne sera pas toléré. »

Le service fédéral spécialisé vérifiera si certaines personnes incitent à la haine dans leur message. En cas d’infractions pénales, la police établira un PV. « Si nous décidons de poursuivre ces personnes, elles risquent un emprisonnement d’un mois à un an et une amende pouvant aller jusqu’à 8.000 euros. Cela s’est déjà produit dans le passé avec des messages en ligne concernant le négationnisme », met en garde Johan Lescrauwaet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous