Le site Immoweb change de peau

Le site Immoweb change de peau

Le changement s’est fait dans la plus grande discrétion ce mercredi matin, avant 8 heures. Mais quand on est le premier site d’annonces immobilières du pays (avec plus de 300.000 visiteurs uniques par jour et 58 millions de pages vues en décembre dernier), la discrétion est toujours plutôt relative et le changement n’aura pas manqué de sauter aux yeux des internautes belges : Immoweb s’est offert un nouveau site web, actuellement en version « beta », soit de test.

Le lancement officiel du site aura lieu le 18 février, pour présenter les nouveautés déjà visibles et actuellement en rôdage. La précédente version datait de 2015, et avait connu, on s’en souvient, un lancement plutôt cahotique les premiers jours de son lancement.

Parmi les principales nouveautés, outre son format responsive qui permet un meilleur affichage sur toutes les plateformes (web ou mobile), la version 2020 d’Immoweb met davantage en évidence son moteur de recherche de bien au départ du code postal ou de la ville. Une place plus grande, et un meilleur affichage, sont aussi réservés aux derniers biens mis en vente ou à louer, ainsi qu’aux bien « mis à la une ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean Castex à sa sortie de l’Elysée suite à une visio-conférence avec les maires, le 19 mai dernier
: un grand serviteur de l’Etat qui connaît bien le terrain.

    Jean Castex à Matignon: le «M. déconfinement» suscite une rare unanimité dans la classe politique française

  2. Jean Castex, à gauche, et Emmanuel Macron en 2019.

    Avec Castex en Premier ministre, Macron maintient la barre à droite

  3. Les métiers de la santé sont, plus que jamais, sous pression.

    Le top 20 des métiers en pénurie à Bruxelles et en Wallonie

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 24: la carpe

    Avant-hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a sauvé une vie. Bon, pas à l’hôpital comme on l’aurait tous rêvé pour donner enfin un sens à nos existences, non, dans la rue, comme ça, en revenant des courses.

    Le magasin est deux blocs plus loin. On marchotte gentiment quand, en passant devant la petite dame au jardin japonais – attention, il n’y a rien de condescendant dans ce « petite dame », elle est vraiment, vraiment toute petite, comme Bonnemine dans Astérix, la même morphologie, mais toujours bronzée et vêtue d’imprimés provençaux –, donc en passant devant chez la petite dame au jardin japonais… Hum. Attendez.

    Il faut vous décrire un peu avant de commencer. C’est une maison de rangée, dans un quartier où elles sont toutes pareilles : briques jaunes, une porte, une fenêtre, un jardinet en front de rue. Elle, elle a mis une grille au-dessus du muret pour ne pas que les jeunes viennent s’asseoir...

    Lire la suite