Coupe de Belgique: Bruges et Zulte partagent lors de la demi-finale aller (1-1)

Coupe de Belgique: Bruges et Zulte partagent lors de la demi-finale aller (1-1)
Photo News

Le match aller de la première demi-finale de la Coupe de Belgique s’est achevé sur un partage entre le Club Bruges et Zulte Waregem. Mats Rits a donné l’avance aux Blauw & Zwart (53e, 1-0) et Saido Beharino a égalisé pour les Flandriens (59e, 1-1) sur une grosse bévue de Simon Mignolet, le gardien brugeois. Le match retour au stade Arc-en-Ciel est prévu le 5 février (20h45). Jeudi, l’autre duel opposera l’Antwerp à Courtrai.

En l’absence de Krépin Diatta et Emmanuel Dennis, Philippe Clement a opté pour un duo d’attaque composé de David Okereke et Lois Openda. Quant à Francky Dury, il a dû se passer de son buteur Cyle Larin, suspendu, et d’Omar Govea et Marco Bürki, blessés.

Devant son public, le Club Bruges a pris l’initiative mais Ruud Vormer et Openda n’ont pas profité des pertes de balle d’Ibrahima Seck (4e) et de Henrik Bjordal (9e). Si le duo d’attaque se montrait très actif, il n’était pas très concret. Après avoir testé sa pointe de vitesse face au vétéran Olivier Deschacht, Openda a manqué sa passe à Okereke bien esseulé (14e). Le duo d’attaque waregemois avait du répondant. Bien lancé par Beharino, Gianni Bruno a laissé Brandon Mechele sur place avant de placer sa volée juste à côté (18e).

Les Blauw & Zwart ont alors repris leur pressing, obligeant Sammy Bossut à se montrer attentif. Le gardien visiteur ne l’était pas totalement puisqu’il a manqué son interception sur un centre de la droite et sans les grandes jambes de Seck, Hans Vanaken aurait placé le ballon au fond du but vide (31e).

On n’avait vu que des mauvais contrôles et des passes peu précises quand Clement a sorti Thibault Vlietinck pour Charles De Ketelaere (52e). Un changement gagnant puisque le nouveau venu a directement permis à Rits d’ouvrir la marque (53e, 1-0). Le Club Bruges semblait sur orbite quand sur une passe en retrait de De Ketelaere, Simon Mignolet a commis une bévue incroyable en relançant le ballon sur la gauche dans les pieds de Beharino, qui n’avait plus qu’à piquer le ballon dans le but (59e, 1-1).

Les Brugeois ont réagi mais ils se sont hertés à un mur rouge et c’est même Mignolet qui a dû sortit un ballon dangereux de Beharino (85e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite