Anderlecht: Genk s’impatiente pour Thomas Didillon

Anderlecht: Genk s’impatiente pour Thomas Didillon

Alors que les Limbourgeois ont pensé à Lovre Kalinic, parti finalement à Toulouse, c’est désormais vers Anderlecht et Thomas Didillon qu’ils se sont tournés. Seul hic : Genk veut le prêter pour ne pas freiner l’éclosion de Vandevoordt lorsqu’il sera revenu de blessure alors qu’Anderlecht, en demande de liquidités, veut absolument le vendre. Mardi soir, les deux parties étaient encore éloignées d’un accord. Ce mercredi, face au blocage, la direction de Genk a menacé d’activer une autre piste, se demandant si Anderlecht, concurrent au Racing dans la course aux PO1, adoptait la tactique du pourrissement pour éviter que Genk ne trouve de gardien. Les deux parties n’ont pas rompu les ponts, Anderlecht envisageant finalement une autre solution lui permettant de récupérer un peu d’argent (comme un prêt avec option d’achat obligatoire ou prêt payant).

Ce transfert résume à lui seul les problèmes auxquels la direction mauve et blanche est confrontée. Elle n’arrive plus à vendre ses éléments excédentaires. La faute à certains trop gros contrats mais également à la qualité des joueurs. Certains n’ont plus joué depuis des mois et sont donc jugés beaucoup trop onéreux au vu de leur rendement. De plus, à force d’avoir martelé leur désir de dégraisser, Anderlecht n’est plus en position de force dans les négociations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

  3. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite