Vers un grand réseau hospitalier public/privé

Vers un grand réseau hospitalier public/privé

Après de longs mois d’intenses tractations, le paysage hospitalier bruxellois pourrait enfin se dessiner. Ces derniers jours, les bourgmestres d’Etterbeek, Ixelles, Anderlecht et Saint-Gilles ont multiplié les contacts. Et fini par arrêter leur choix : un grand réseau public/privé, réunissant « leurs » hôpitaux d’Iris Sud, ceux de la Ville, le Chirec et Erasme. Une solution, plaident résolument Vincent De Wolf (MR), Christos Doulkeridis (Ecolo) et Charles Picqué (PS).

Le conseil d’administration de la faîtière Iris vient, lui aussi, de marquer son accord sur ce réseau XXL. Le dossier sera, dans les prochains jours, présenté (et défendu) devant les corps médicaux, le personnel, les syndicats… Pour Erasme, c’est l’une des deux solutions optimales, lui permettant de garder ses liens avec le Chirec et les hôpitaux publics bruxellois, qui accueillent déjà les étudiants en stage et les médecins diplômés de l’ULB. Quant à la Ville, elle peut s’inscrire dans ce schéma de réseau qui n’interfère en rien dans son projet de groupement (annonciateur d’une fusion) avec Erasme. Pour rappel, Philippe Close et Yvon Englert entendent créer « le plus grand hôpital du Royaume », en intégrant, dans une même entité, Bordet et Erasme mais aussi Saint-Pierre, Brugmann et l’Huderf. Annoncé pour la fin 2019, le projet a pris du retard, les conseils médicaux de Saint-Pierre et Brugmann l’ayant retoqué à l’automne. A bonnes sources, on précise que l’épure, amendée, a été soumise au personnel, qui doit se prononcer dans les prochaines semaines. Ce groupement s’intégrerait donc dans le grand réseau…

Reste le Chirec

Reste à embarquer le Chirec dans un grand réseau qui n’était pas son choix initial. Selon nos informations, il discute pour l’heure bel et bien de cette option, en la conditionnant au vote, par le Parlement bruxellois, de l’ordonnance cadre. Or, le nouveau ministre de la Santé, Alain Maron (Ecolo) et, avec lui, le gouvernement régional, planche sur un texte ouvrant la voie à un maximum d’hypothèses, en ce compris le réseau XXL, jugé le plus opportun.

► Pourquoi la situation se débloque aujourd’hui, pourquoi un réseau XXL est une solution optimale selon de nombreux acteurs : toutes les explications sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite