Justine Henin sur le retour de Clijsters: «Je respecte le choix de Kim, mais ça ne va pas être facile»

Belga
Belga

«  J’avoue que lorsque je suis revenue ici, j’étais totalement perdue », sourit l’ex-championne Justine Henin qui a désormais 37 ans. « Sur le plan visuel, je ne reconnaissais pas du tout le stade. Mais bon, après 24-48h, les sensations reviennent, même si je n’étais pas vraiment à la recherche de mes souvenirs. Maintenant, je suis aussi de l’autre côté de la barrière, donc, c’est aussi une vision qu’on a du site, différente de celle qu’on peut avoir quand on est vraiment à l’intérieur en tant que joueuse. »

La voici donc observatrice d’un circuit qui a fortement changé. « Je trouve que depuis un an, le tennis féminin a retrouvé une certaine densité avec de jeunes joueuses qui ne font pas que frapper dans la balle, comme Ashleigh Barty ou Naomi Osaka. Et je regrette vraiment que Bianca Andreescu ait dû déclarer forfait car j’apprécie vraiment son tennis. Dommage qu’elle connaisse déjà autant de pépins physiques. C’est vraiment difficile pour moi de pointer une favorite pour la victoire finale. Le tournoi n’a pas encore livré de grandes tendances, c’est le début. Même si Serena ne bouge pas encore comme elle le devrait, je ne l’exclurai jamais des favorites potentielles. Elle reste sur quatre finales perdues, mais ce n’est pas rien tout de même ! Quand Serena veut vraiment quelque chose… Mais peut-être que maintenant, elle intimide beaucoup moins la jeune génération… Impossible pour moi de vous donner un seul nom pour ma favorite ici. Par contre, chez les messieurs, je pense que Novak Djokovic part avec une longueur d’avance. Il a déjà gagné sept fois ici, il est en forme depuis le début de l’année, il a encore amélioré son service… Bref, il a tout pour lui. »

Et David Goffin (l’interview s’est déroulée avant le match entre le Liégeois et son pote Herbet au 2e tour, la pluie ayant de nouveau retardé cette 4e journée à Melbourne) ?

« Je pense qu’on ne se rend pas bien compte en Belgique du niveau atteint par David. Kim et moi avons placé la barre très haute et il en souffre au niveau de la reconnaissance. Mais sur le circuit masculin actuel, c’est une réelle performance d’être classé 11e joueur mondial. Maintenant, la concurrence est tellement forte que c’est encore une autre chose de pouvoir s’imposer en Grand Chelem ou atteindre le top 5, je ne le vois pas si loin, même si tout est possible en tennis. Mais encore une fois, chapeau pour ce qu’il réalise. »

Enfin, difficile de ne pas parler Kim Clijsters avec Justine…

« Je trouve ça génial qu’elle ait cette liberté de se lancer dans un nouveau come-back, parce que c’est courageux. Lors de son annonce, j’ai été surprise comme tout le monde, je ne m’y attendais pas du tout ! C’est très difficile de prédire ce qu’elle pourra réussir, même si j’imagine que ce sera compliqué. Il n’y a pas de secret, c’est sur le plan physique que tout va se jouer, même si toutes les joueuses ne sont pas ultra-fits. C’est long un arrêt de plus de sept ans, tout de même ! Mais bien sûr je respecte son choix, je vais suivre son retour, tout en la soutenant dans cette quête, là. Mais encore une fois, j’imagine que ce ne sera pas facile… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous