NBA: le phénomène Zion Williamson réussit des débuts fracassants (vidéos)

AFP
AFP

La Nouvelle-Orléans s’est certes inclinée à domicile face à San Antonio 121 à 117, mais les supporters des Pélicans arboraient un grand sourire après la défaite, la 28e de la saison, de leur équipe fétiche.

Ils ont assisté aux grands débuts en NBA de celui qui est présenté comme le nouveau LeBron James et qui pourrait conduire « NOLA » vers d’insoupçonnés sommets.

Williamson, premier choix de la Draft 2019 après une seule saison dans les rangs de la prestigieuse université de Duke, a dû ronger son frein pendant trois mois, le temps que son ménisque du genou droit, opéré le 21 octobre dernier, le laisse en paix.

L’ailier fort de 19 ans a attendu le début du deuxième quart-temps pour marquer son premier panier. Il a été ensuite irrésistible comme le prouve sa ligne de statistiques : 22 points, sept rebonds, trois passes décisives et un 100 % à trois points (4 sur 4), du jamais-vu dans l’histoire de la NBA pour le premier match d’un « rookie ».

Williamson (1,98 m, 129 kg) s’est surtout enflammé durant le 4e quart-temps en marquant 17 points --consécutifs-- en moins de quatre minutes, avant que son entraîneur ne le rappelle sur le banc sur les conseils de son staff médical.

« Il n’était pas content », a souri Alvin Gentry. « Ce qu’on a vu ce mercredi soir n’est qu’un aperçu de ce qu’il peut faire une fois qu’il aura pris ses marques », a poursuivi l’entraîneur de « NOLA ».

L’intéressé ne digérait toujours pas d’avoir suivi la fin du match depuis le banc des remplaçants : « J’ai 19 ans, je ne pense pas à ma longévité, mais à gagner ce match », a-t-il asséné.

Les Lakers se rassurent… un peu

Deux jours après leur déroute à Boston (139-107), la pire défaite de leur histoire face aux Celtics, les Lakers se sont imposés au Madison Square Garden face aux Knicks (100-92). Mais il leur a fallu attendre le 4e quart-temps pour prendre le dessus face à une équipe en perdition, avant-dernière de la conférence Est avec un bilan famélique de 12 victoires et 33 défaites.

C’est sans surprise le duo Anthony Davis/LeBron James qui a sorti la franchise californienne de ce mauvais pas, avec 28 points pour le premier, 21 pour le second.

« Lors des deux premiers quart-temps, on n’a pas été assez agressif, on ne les a pas mis en difficulté, il a fallu qu’on accélère après la pause », a constaté l’entraîneur des Lakers, Frank Vogel.

Son équipe est solidement installée en tête de la conférence Ouest (35 v-9 d) et sa superstar LeBron James va bientôt écrire une nouvelle page de son histoire.

Avec 33.599 points, « King James » n’est plus qu’à 44 points de la 3e place du classement des meilleurs marqueurs de l’histoire, occupée par Kobe Bryant (33.643 pts), l’une des légendes des Lakers.

Houston stoppe l’hémorragie

Les Rockets ont repris leur envol. Alors qu’ils restaient sur quatre défaites de suite, James Harden et ses équipiers ont dominé Denver 121 à 105.

Les Nuggets étaient il est vrai privés de cinq joueurs, notamment de leur meneur Jamal Murray, mais Harden veut voir dans cette victoire « un moment clef qui doit nous donner de la confiance ».

« The Beard » a contribué à ce large succès avec 27 points alors que Russell Westbrook a ajouté 28 points, 16 rebonds, 8 passes et quatre interceptions.

« Personne n’aime perdre, donc cela fait du bien de gagner, mais je crois vraiment que des jours meilleurs nous attendent », a insisté Westbrook. Les Rockets sont 6e à l’Ouest (27 v-16 d).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Jonathan Tabu. @Belga

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions veulent confirmer au Danemark

  • photo news

    Par Stéphane Druart

    International

    Dario Gjergja: «Je ne me sens pas étranger»

  • Maxime De Zeeuw est un des piliers d’expérience de l’équipe nationale.

    Par Stéphane Druart

    International

    Les Belgian Lions amorcent un tout nouveau cycle

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite