La Cour Constitutionnelle annule le «Cash for Car»

Vu son maigre succès, le système «
Cash for car
» apparaît incapable de contribuer à une amélioration de la mobilité. © Belga.
Vu son maigre succès, le système « Cash for car » apparaît incapable de contribuer à une amélioration de la mobilité. © Belga.

C’est une petite victoire pour le collectif qui avait introduit un recours en annulation contre la loi du 30 mars 2018 concernant l’instauration d’une allocation de mobilité appelée « cash for car ». Pour rappel, le 11 janvier 2019, la CSC, la FGTB, Inter-Environnement Bruxelles, Climaxi et Climate Express ont déposé d’un geste commun un recours contre cette loi du gouvernement Michel qui ne respecterait pas l’égalité en matière fiscale.

La FGTB confirme « avoir pris connaissance de la décision de la Cour », rendue peu après 14h. Pour l’organisation, le « cash for car » bénéficiait d’un traitement (para)fiscal « nuisible à la sécurité sociale ». Elle enfonçait le clou en affirmant que « cette législation ne résoudra pas les problèmes de mobilité durable, de qualité de l’air ou de réchauffement climatique ».

Une mesure flop

Belga précise que la Cour constitutionnelle maintient toutefois les effets de la loi annulée jusqu’à ce que, le cas échéant, de nouvelles dispositions législatives entrent en vigueur, et au plus tard jusqu’au 31 décembre 2020 inclus, précise l’arrêt.

Le « cash for car » est une allocation de mobilité entrée en vigueur en 2018, elle permet à un employeur de restituer sa voiture de société en échange d’une allocation de mobilité. Cette allocation en cash bénéficie notamment d’un traitement (para)fiscal et social avantageux. En effet, elle n’est pas considérée comme un salaire et n’est donc pas soumise à un prélèvement sous forme de cotisations de l’ONSS. L’employeur paie cependant une cotisation de solidarité équivalente à celle de la voiture restituée. Les travailleurs sont aussi imposés sur un montant obtenu par une formule (« 6/7e de la valeur catalogue de la voiture x 4 % »), peu importe si le modèle est plus ou moins récent et polluant.

Ce système n’a pas eu l’effet désiré puisque l’allocation n’a séduit que 0,175 % des travailleurs en 2019, soit 0,11 % de plus que par rapport à l’année antérieure selon Acerta, le groupe de services RH. « Nous ne pensons pas que cette réglementation rencontre encore un vif succès, même si les besoins des travailleurs en termes de mobilité vont continuer à exister », soulignait alors Annelies Baelus, directrice d’Acerta Consult.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite