L’étude de faisabilité confirme le potentiel sportif et économique de la BeNeLiga

L’étude de faisabilité confirme le potentiel sportif et économique de la BeNeLiga
Belga

L’étude menée par Deloitte sur la faisabilité pratique d’une BeNeLiga transfrontalière a confirmé le « potentiel sportif et économique » d’une compétition belgo-néerlandaise de football. La KNVB, fédération néerlandaise, l’a annoncé jeudi dans un communiqué. Les principaux clubs des deux pays vont désormais passer à la phase suivante.

Cette étude a été menée à la demande du G5 belge (La Gantoise, Club de Bruges, KRC Genk, RSC Anderlecht et le Standard de Liège) et de six clubs néerlandais (Ajax, AZ, FC Utrecht, Feyenoord, PSV et Vitesse), qui s’étaient déjà rassemblés en octobre 2019.

« La première partie de l’étude avait montré qu’une BeNeLiga avait le potentiel d’augmenter de manière significative la valeur des clubs qui y participeraient », peut-on lire dans le communiqué de la KNVB. « La deuxième partie confirme que l’ensemble du secteur du football professionnel belge et néerlandais peut tirer profit de la BeNeLiga, que ce soit au niveau sportif ainsi que financier. »

Réunis jeudi à Eindhoven, les onze clubs belges et néerlandais ont décidé de passer à la vitesse supérieure en « élaborant un business plan dans lequel la proposition concrète sera formulée ». « Dans les mois à venir, tous les clubs professionnels de nos deux pays, les fédérations, les ligues, l’UEFA et les gouvernements travailleront également ensemble à cette fin », a précisé encore le communiqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite